×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Formation - Écoles

Le lycée Auguste Escoffier d'Eragny met le macaron dans tous ses états

Formation - Écoles - mardi 10 avril 2012 10:02
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :


Pour la première fois, un vernissage culinaire s'est tenu au lycée des métiers de la gastronomie Auguste Escoffier à Eragny (95), en collaboration avec le lycée des métiers du design Camille Claudel de la ville voisine Vauréal. Le fruit de ce partenariat était le mariage d'une tradition pâtissière et celui d'un savoir-faire dans le domaine du design, les uns s'inspirant des techniques et du talent des autres.

Des élèves de seconde Bac Pro boulangerie pâtisserie, Bac Pro restauration et des élèves de l'école de design ont réalisé ensemble des macarons dans la plus pure tradition artisanale. Ce travail s'articulait autour de six thèmes (trois sucrés, trois salés), sous la houlette de Fabrice Leclair, professeur de boulangerie-pâtisserie (chef pâtissier au George V pendant 10ans), de Marie Chehady, référent culturel et Elisabeth Néré, de véritables petits chefs-d'oeuvre ont été proposés aux visiteurs.

Chaque réalisation présentée comme un tableau posé sur une table, était composée des petites pâtisseries mêlées à des objets hétéroclites, vieilles théières, dentelles et autres vases, provenant "d'Emmaüs". Ces tableaux, aux titres aussi évocateurs que poétiques, se visitaient comme une pinacothèque et chaque oeuvre était décryptée et commentée abondemment, parmi elles "la dentelle de macarons, un scrabble à croquer…, La cité Gourmande ou encore Paysage en Bouche".

Tel un Mandala patiemment élaboré et après avoir émerveillé les yeux des adeptes, les petits macarons disparurent en flattant leurs palais gourmets.
Claude Dibiase

Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services