×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Fonds de commerce

Cessions de bars-brasseries et bars-tabacs : le point de vue de Pascal Henneuse, directeur du cabinet Michel Simond Saint-Brieuc-Vannes

Fonds de commerce - mardi 11 octobre 2022 12:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Pascal Henneuse, directeur du cabinet Michel Simond Saint-Brieuc Vannes.
Pascal Henneuse, directeur du cabinet Michel Simond Saint-Brieuc Vannes.

“Après deux années atones, nous constatons un frémissement encourageant du marché dans notre secteur, qui s’étend principalement des Côtes d’Armor au Morbihan, de Saint-Brieuc à Vannes.

Sur le segment des bars-brasseries, les gérants ont courbé l’échine pendant la crise sanitaire. Certains ont profité des fermetures imposées pendant les confinements pour entamer des travaux de rénovation, revoir leurs offres, se remettre en question. Cet été, ils sont nombreux à avoir profité d’une excellente saison estivale, ce qui génère un regain de confiance pour l’avenir malgré une actualité économique et internationale plutôt morose. Les cédants semblent confiants pour leur bilan de fin d’année, même s’ils endurent une pénurie de personnel. À partir de la fin de l’année, ces bilans ne devraient plus être biaisés par des subventions étatiques liées à la crise sanitaire et le remboursement des PGE sera enclenché. Cela clarifie les lectures de bilan, les analyses de valeur et rassure les acquéreurs. Leur profil demeure naturellement régulé par le filtre des banques qui limitent davantage le risque et exigent un apport systématique de 30 % (au lieu de a20-25 % auparavant), couplé automatiquement à plusieurs garanties (BPIfrance, caution personnelle) et à un CV démontrant expérience et professionnalisme. Depuis septembre, nous notons que les taux de crédits professionnels sur sept ans pour la reprise d’un fonds de commerce ont doublé par rapport à ceux pratiqués avant l’été et se rapprochent des 3 %.

Du côté des bars-tabacs, nous avons connu une hausse des cessions et des prix de cession en 2021. Le tabac-presse ayant été considéré comme commerce essentiel et autorisé à rester ouvert durant les confinements, ce type de fonds a plutôt vu son activité progresser, en particulier dans les villes moyennes. En 2022, ils se vendent plutôt bien et à prix stable. À noter que, pour ce segment en particulier, l’existence d’un logement devient un élément clé de valorisation juste après l’emplacement.”


Tiphaine Beausseron
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Accompagnement pour l'acquisition et la transmission
par Adeline Desthuilliers et Mahmoud Ali Khodja
Services