×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Fonds de commerce

Fonds de commerce : les prix de cession en restauration traditionnelle restent stables

Fonds de commerce - lundi 9 mai 2022 09:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

64 - Pyrénées-Atlantiques Le point de vue de Jean-Philippe Gard, directeur du cabinet Michel Simond Bayonne, sur le marché de cessions de fonds de commerce dans les départements des Landes, Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées.



“Notre cabinet intervient dans le département des Landes, des Pyrénées-Atlantiques et Hautes-Pyrénées. Les CHR représentent 40 à 50 % de nos transactions. Notre offre bénéficie d’un large panel d’affaires : saisonnier en littoral (été) et montagne (été-hiver), à l’année en milieu rural (pays basque, Béarn, Landes) et centre-ville (Pau, Bayonne, Anglet, Biarritz, Mont-de-Marsan). Actuellement, nous notons une nette progression des recherches tous commerces confondus, ainsi qu’un retour des acquéreurs primo-accédants (en reconversion) sur l’ensemble des commerces, sauf dans le secteur CHR. L’exigence des banques en termes d’expérience professionnelle et d’apport limite de facto les acquéreurs à des profils de professionnels aguerris, avec une préférence pour ceux ayant une expérience de gestion d’entreprise. Nous constatons que même pour eux les banques ne prennent plus de risque et assortissent systématiquement les crédits accordés de garanties Siagi ou BPI complétées par une caution personnelle. Les vendeurs, eux, ont tendance à fixer leur prix de vente au-dessus de la valeur de marché alors que cette année est charnière : le bilan de l’activité 2019 (avant covid) reste pour eux la référence tandis que les acquéreurs et organismes de financement ne feront plus l’impasse sur les résultats des années 2020 et 2021, même s’ils savent qu’ils restent exceptionnels en raison de la crise sanitaire. Quant à la forme juridique de la cession, on remarque que les cessions de titres ont été privilégiées. Pour le segment des restaurants traditionnels dans notre secteur géographique, le prix moyen de vente est compris entre 2,5 et 3 de l’EBE retraité et 75 % à 100 % du CA HT, selon que l’affaire se trouve dans les terres ou sur le littoral. Dans notre cabinet, la tendance des prix de cession reste stable.”

#bayonne #michelsimond

 


Tiphaine Beausseron
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
La cuisson sous vide à juste température expliquée
par Bruno Goussault
Services