×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Fonds de commerce

À Nice, le marché des transactions de fonds de commerce en pause

Fonds de commerce - vendredi 9 avril 2021 14:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Nice (06) Face à l'incertitude quant à une date précise d'issue de crise, le marché de la transaction de fonds de commerce CHR est lui aussi confiné, si ce n'est à l'arrêt. Explications avec Julien Fontaine, directeur de l'agence Century 21 Lafage Horeca Commerces.



L’Hôtellerie Restauration : Quels sont les secteurs les moins attractifs sur votre secteur ?

Julie Fontaine : Nous constatons un attrait de la clientèle pour le littoral et l’hypercentre et nous observons un regain pour les stations de montagne. Les commerces les moins attractifs sur notre secteur sont les droits au bail dont l’emplacement est situé en seconde zone. Seuls les droits au bail en emplacement numéro 1 et 1 bis sont encore plébiscités. Cette dernière tendance est, selon nous, indépendante de la crise du Covid.

 

Quel est le profil des acquéreurs ?

D’une part, il s’agit de professionnels dans le cadre du développement de leur activité. Ils sont soit déjà implantés au niveau local, soit originaires d’autres régions - notamment de Paris -, et ils cherchent à diversifier leur activité sur d’autres secteurs géographiques. À ce titre, la Côte d’Azur représente un marché attractif. Nous avons également des clients ayant cédé leur affaire sur Paris et qui viennent s’installer sur la Côte d’Azur pour y vivre à l’année. 

Les primo-accédants dans le cadre d’une première acquisition - essentiellement des plus petites structures - forment la seconde catégorie d’acquéreurs.

 

Votre méthode d’évaluation reste-t-elle la même malgré la crise du Covid-19 ? 

Oui, elle demeure identique. Nous formulons un avis de valeur professionnel dans le cadre d’une valorisation qui tient surtout compte d’une analyse de la rentabilité. Cette dernière est réalisée en détail par nos soins afin de faire ressortir la rentabilité, qui reflète le plus la réalité indépendamment des choix de gestion opérés par les gestionnaires : c’est ce que nous appelons le Perf, le potentiel économique et rentabilité financière. Ce point est déterminant pour définir le reste à vivre et la capacité de financement. 

L’analyse du volume d’activité - chiffre d’affaires - entre également en ligne de compte dans notre estimation, mais ce n’est pas elle qui est au cœur. Quant au chiffre d’affaires de 2020, n’étant pas représentatif d’une activité normale, il sera considéré et apprécié au regard du contexte exceptionnel. 

 

Est-il plus difficile d’obtenir un financement une fois le compromis signé ? 

Le marché bancaire semble actuellement frileux compte tenu du manque de visibilité. Le niveau d’apport exigé a augmenté. Il avoisine 50 % du prix du fonds pour la restauration et 35 % pour les tabacs. Le profil du repreneur - expérience, gestion actuelle ou antérieure, etc. - compte désormais pour 80 % de la prise de décision bancaire. Il représente un élément décisif dans l’analyse du risque par la banque qui va au non accepter de financer un projet de reprise. 

 

Quel est l’effet de la crise sur le marché de la transaction de fonds CHR ?

Le marché des transactions CHR est actuellement à l’arrêt et dans l’attente de visibilité future. Cela vaut aussi bien pour les acquéreurs que pour les vendeurs. 

 

#nice #paca #menton #vente #achat #cession #acquisition #century21


Tiphaine Beausseron
Moyenne sur les ventes réalisées par Century 21 Lafage Horeca Commerces en 2019

Types de fonds

Prix moyen de vente en euros

Prix moyen en % du CA HT

Ratio moyen Perf/vente

Restaurants traditionnels

275 000

68

3,8

Tabacs et bars-tabacs

500 000

130

3

Restauration rapide

108 000

64

2,2

Moyenne sur les ventes réalisées par Century 21 Lafage Horeca Commerces en 2019

__________________________________________________________________________________

Créé en 2018, le cabinet Century 21 Lafage Horeca Commerces est née de la fusion entre le département immobilier commercial et d’entreprise du Cabinet Lafage Transactions à Nice avec l’ex-cabinet Axxis-Horeca à Antibes, spécialiste des CHR. Actuellement, le cabinet compte 7 collaborateurs dont un spécialiste tabacs, deux spécialistes CHR, trois spécialistes immobilier commercial et particulièrement murs commerciaux destinés aux investisseurs. Le cabinet intervient essentiellement sur l’ensemble du département des Alpes-Maritimes, et notamment pour les CHR, sur les communes allant de Menton à Cannes pour le littoral, sur l’arrière-pays niçois et également sur les stations de montagne (Valberg, Aurons, Isola 2000, La Colmiane…).

www.lafage-commerces.com
Journal & Magazine
Services