×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Fonds de commerce

Transmission familiale : donner en pleine propriété ou en nue-propriété

Fonds de commerce - lundi 19 octobre 2020 11:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

La transmission du patrimoine professionnel ne sera pas imposée de la même manière selon que la donation porte sur la pleine propriété ou la nue-propriété des titres. Explications avec Marie-Pierre Weiss, avocat of counsel du cabinet Degroux Brugère.



L’Hôtellerie Restauration : La donation des titres doit-elle nécessairement se faire en pleine propriété ? 

Marie-Pierre Weiss : Non. Le démembrement des titres est chose courante. Ainsi, il est très fréquent que le chef d’entreprise opère une donation de la nue-propriété des titres et en conserve l’usufruit.

 

Quel est l’intérêt de cette démarche ?

Les intérêts sont nombreux. Financier, tout d’abord, car la valeur des titres donnés en nue-propriété est décotée par rapport à leur valeur en pleine propriété, ce qui génère une réelle économie fiscale. En outre, conserver l’usufruit de son patrimoine professionnel assure une transmission en douceur. Le donateur continue d'exercer une fonction de direction, participe aux assemblées générales, dispose du droit de vote pour les décisions relatives à l’affectation du résultat. Surtout, il conserve tout son droit à percevoir les dividendes versées par la société, donc une source de revenus potentiellement non négligeable pour le donateur. 

 

De quel ordre est l’économie fiscale en cas de donation de la nue-propriété?

La décote, issue du barème codifié à l'article 669 du CGI, est fonction de l'âge du donateur. Plus le donateur donne tôt, plus l’allégement fiscal sera conséquent. Par exemple, lorsque le donateur a entre 61 ans révolus et 70 ans, les titres donnés en nue-propriété seront imposés sur 60 % de la valeur de la pleine propriété, contre 70 % lorsque le donateur est âgé de 71 ans révolus à 80 ans. Autre avantage fiscal significatif, au décès du donateur : l’usufruit s’éteint en franchise de droits et la pleine propriété est automatiquement reconstituée au niveau du nu-propriétaire.

 

Une réduction d’impôt liée à l’âge du donateur existe-t-elle aussi en cas de donation en pleine propriété ?

Oui, le donateur peut bénéficier d'une réduction du montant des droits de 50 %, à condition que la donation soit réalisée en pleine propriété avant les 70 ans du donateur dans le cadre du dispositif Dutreil (lire ci-dessous).

 

Est-il possible de panacher en mixant une donation en pleine propriété, une donation en nue-propriété et le dispositif Dutreil ?

Oui, c’est possible et cela permet de cumuler l’ensemble des avantages. Outre l’abattement de 75 %, le barème de l’article 669 du CGI sera appliqué pour déterminer la valeur imposable des titres donnés en nue-propriété et la réduction de 50 % sera déduite des droits portant sur les titres donnés en pleine propriété - une double liquidation des droits est alors réalisée.

#pactedutreil #donnation #propriete #transmission


Tiphaine Beausseron
Journal & Magazine
N° 3756 -
01 octobre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion des équipes et du service en CHR
par André Picca
Services