×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Fonds de commerce

Utiliser la gérance-mandat pour exploiter son fonds de commerce

Fonds de commerce - mardi 10 décembre 2019 14:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Ce dispositif est régi par les articles L146-1 et suivants du code de commerce. Le gérant-mandataire a plus de latitude qu'un salarié et ne supporte pas les risques liés à l'exploitation du fonds. Cependant, il ne touche pas de salaire mais une commission proportionnelle au chiffre d'affaires et il ne cotise pas au régime général de la Sécurité sociale.



À la différence du salarié, le gérant-mandataire est beaucoup plus autonome, il est inscrit au RCS, il n'est pas soumis au droit du travail.
© Thinkstock
À la différence du salarié, le gérant-mandataire est beaucoup plus autonome, il est inscrit au RCS, il n'est pas soumis au droit du travail.

La situation du gérant-mandataire est intermédiaire entre le salariat et l’entrepreneuriat. Comme l’entrepreneur, le gérant-mandataire s’inscrit au registre du commerce (RCS) et dispose de toute latitude pour déterminer ses conditions de travail ou embaucher du personnel à ses frais et sous son pouvoir de direction. Mais, à la différence d’un chef d’entreprise, il ne supporte pas les risques liés à l’exploitation tant qu’il se comporte en bon père de famille dans la gestion du fonds. 

Il se rapproche du salarié dans la mesure où il exploite le fonds pour le compte du mandant dans le cadre d’une mission qui précise les normes de gestion et d’exploitation du fonds à respecter et les modalités du contrôle susceptible d’être effectué par le mandant. Mais, à la différence du salarié, il est beaucoup plus autonome, il est inscrit au RCS, il n’est pas soumis au droit du travail, il ne cotise pas au régime général de Sécurité sociale et, au titre de sa rémunération, il perçoit non pas un salaire mais une commission proportionnelle au chiffre d’affaires qui intègre les charges d’exploitation qu’il a engagées.

Le mandant, lui, conserve une certaine maîtrise du fonds. Il en reste propriétaire, supporte les risques liés à son exploitation, et en perçoit directement les bénéfices.

 

Un régime hybride

Le contrat de gérance-mandat se différencie aussi de la location-gérance. En effet, alors que la location-gérance fait porter les risques liés à l’exploitation sur la personne du locataire-gérant, dans la gérance-mandat, c’est le propriétaire du fonds qui supporte les risques. D’autre part, le locataire-gérant perçoit directement les bénéfices liés à l’exploitation du fonds et verse au propriétaire un loyer. Dans la gérance-mandat, c’est le propriétaire qui perçoit directement les bénéfices et verse une commission au gérant-mandataire.

Le caractère hybride de ce régime peut conduire à des conflits de qualification. Il existe notamment un risque de requalification en contrat de travail si le mandataire n’a pas assez de liberté : en 2010, la Cour de cassation a ainsi requalifié en contrat de travail ceux de 17 gérants-mandataires d'une chaîne d’hôtels (Soc. 8 juin 2010, F-D, n° 08-44.965). 

Pour plus de sécurité juridique, il est donc recommandé aux futures parties d’un contrat de gérance-mandat de prendre conseil auprès d’un avocat spécialiste du sujet.

#GeranceMandat #LocationGerance


Tiphaine Beausseron
Journal & Magazine
N° 3763 -
07 janvier 2022
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services