×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Fonds de commerce

Reprise d'hôtel : développer le chiffre d'affaires de la restauration

Fonds de commerce - mercredi 29 août 2018 09:50
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Narbonne (11) Franck et Nadia Guizelin, respectivement âgés de 54 et 40 ans, ont repris le Plaisance Brit Hotel à Narbonne. Ils ont choisi de développer son offre de restauration pour augmenter sa rentabilité.



"Quand Franck Guizelin et sa compagne Nadia, m'ont contacté en mai 2017, j'ai tout de suite pensé que l'hôtel Plaisance correspondait à leur projet. J'avais analysé l'affaire, je savais qu'elle présentait un potentiel de développement et j'avais identifié chez Franck la volonté et la capacité de mener une politique commerciale un cran plus agressive et capable de faire du potentiel de développement une réalité", raconte Philippe Monteil, directeur de la société Action Sud Commerces, un cabinet indépendant de Montpellier (Hérault) spécialiste de la cession de fonds de commerces CHR.

Pour Franck et Nadia, l'hôtel Plaisance remplissait tous les critères qu'ils s'étaient fixés : une implantation sur une zone commerciale au sud de Narbonne (Aude), avec axe routier et parking et un logement de fonction sur place. Problème, le prix de cession dépassait leur budget. Autre bémol, la restauration était limitée aux seuls petits déjeuners. Réticents à le visiter pour ces raisons, ils finissent par y passer une nuit sur les conseils de leur intermédiaire en transaction. Un test qui les amènera à changer d'avis et à se porter acquéreurs. "On avait pris quelques jours de vacances pour visiter des affaires. On en a trouvé une en moins d'une semaine grâce à notre agent qui avait parfaitement identifié nos souhaits", se souvient le nouveau propriétaire.

"Développer l'offre de restauration existante, comme je l'avais déjà fait par le passé pour redresser des affaires, nous a séduit. Je savais que j'étais capable de développer le chiffre d'affaires de ce côté-là. De plus, comme les horaires de travail pratiqués par les précédents propriétaires étaient contenus dans une plage limitée en raison de leurs priorités familiales, j'ai tout de suite vu qu'en travaillant 7 jours sur 7, de 6 h à minuit, nous pourrions rentabiliser l'affaire très rapidement", explique Franck Guizelin.

Situé à moins de 3 km des autoroutes A9 et A61, en périphérie de Narbonne, dans une zone commerciale mixant loisirs, enseignes de restauration et d'hôtels, cet hôtel 2* de 41 chambres est doté d'un parking d'une cinquantaine de places. Le fait que l'établissement soit sous l'enseigne du réseau Brit Hotel et bénéficie d'un logement de fonction étaient des plus appréciables.

Acheter le fonds sans les murs

Pour le dossier de financement, le couple délègue à Philippe Monteil le soin de le monter et de le présenter aux banques. Avec un apport de 150 000 €, les repreneurs ont pu emprunter 430 000 € sur 7 ans au taux de 1,15 % assurance comprise pour l'acquisition du fonds de commerce. "Au départ, je voulais vendre murs et fonds ensemble, mais après avoir fait le bilan, j'ai estimé que vendre le fonds seul en recevant un loyer grâce à la location des murs n'était pas une mauvaise idée. Je l'ai donc vendu en conservant ma SARL. Au plan comptable, la cession a été enregistrée en tant que 'produit exceptionnel", détaille Pascal Delobbe, l'ex-propriétaire de l'hôtel, qui s'est montré également très satisfait de l'accompagnement de Philippe Monteil et des délais nécessaires à la réalisation de la transaction. 

"Nous lui avions donné mandat en janvier 2017, les futurs acquéreurs sont venus visiter en mai, le compromis était signé en juin, et l'acte définitif fin octobre", se remémore-t-il. Autrement dit, un délai dans la moyenne, malgré la complexité juridique de l'opération. Dans cette transaction, c'est la SAS des repreneurs qui a acheté le fonds à la SARL dont l'activité a été modifiée et s'est poursuivie. En effet, Pascal Delobbe, passionné de photo et vidéo, a décidé de faire de son hobby son métier et vise le secteur hôtelier qu'il connaît désormais assez bien pour proposer un service adapté aux professionnels de l'image.


Tiphaine Beausseron
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Hygiène en fiches pratiques
par Romy Carrère et Laurence Le Bouquin
Services