Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Le CDI permutable : le contrat de travail dont rêvent hôteliers et restaurateurs ?

Emploi - mercredi 24 mars 2021 15:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Durant la réouverture estivale, Disneyland Paris a expérimenté, sur la base du volontariat, la permutabilité des compétences avec des retours positifs tant du côté des employés que de la direction. Et si le CDI permutable devenait l'outil d'une flexibilité protectrice face aux variations d'activités et surtout aux impondérables comme la crise de la Covid.



Guillaume Da Cunha, vice-président RH de Disneyland Paris.
© Disneyland Paris
Guillaume Da Cunha, vice-président RH de Disneyland Paris.

‘Savoir permuter pour s’adapter’, tel pourrait être le concept initié par Disneyland Paris dont l’initiative devrait inspirer de nombreuses entreprises de l’hôtellerie mais aussi de la restauration. Mais de quoi s’agit-il ? “Il faut se remettre dans le contexte estival avec la réouverture des Parcs en juillet. Nous avions à la fois une partie de notre force de travail en chômage partiel, car beaucoup de nos hôtels étaient fermés, et d’un autre côté, nous avions des besoins importants sur d’autres postes comme la centrale de réservation, l’accompagnement des visiteurs et le renforcement du protocole sanitaire. C’était le moment d’expérimenter le redéploiement de nos hôteliers, sur le principe de permutabilité, sur un autre lieu, un autre poste avec un même socle de compétences. Par la maîtrise d’autres langues, la capacité de répondre à des questions, à apporter de la satisfaction et à rendre un service, une centaine d’hôteliers des réceptions ou des conciergeries ont pu basculer vers la centrale de réservation et rompre avec l’inactivité du chômage partiel. Outre des formations, un salaire à 100 %, la découverte d’un autre environnement et d’autres missions, les volontaires ont aussi été récompensés avec des primes d’affectation temporaire pour celles et ceux qui avaient rejoint des postes à statut ou à coefficient plus élevés”, explique Guillaume Da Cunha, vice-président RH de Disneyland Paris.

 

Polycompétence

L’expérimentation s’est achevée fin octobre. “Au final, un tiers de la force des hôtels a permuté sur des métiers périphériques. Le redéploiement s’est effectué de métier à métier mais, pour un tiers des participants, sur des métiers différents avec un ADN commun. On a compris que c’était vraiment possible”, s’enthousiasme Guillaume Da Cunha. Désormais, Disneyland Paris s’emploie à identifier les filières de métiers où la polycompétence ferait sens avec l’objectif de soumettre les conclusions de l’étude aux syndicats. Un accord cadre unique en France installerait alors le CDI permutable comme un outil de flexibilité, de lutte contre les contrats précaires et d’adaptation aux situations exceptionnelles.

#Flexibilite #Permutabe #CDI #DisneyLand #GuillaumeDaCunha 

 


Francois Pont
CDI permutable et CDI partagé, quelles différences ?

Dans le cas d'un CDI permutable, une même entreprise organise la flexibilité de ses équipes pour pallier les variations d’activités. Le CDI partagé, lui, procède d’une autre logique : celle d’un groupement d’employeurs qui embaucherait collectivement un collaborateur. Cet employé serait appelé à effectuer les mêmes tâches d’une entreprise à l’autre selon les besoins. Ce dispositif a été expérimenté sans convaincre par les organisateurs de réceptions. “Nous avions tous besoin des employés au même moment”, explique Alain Marcotullio, président de l’Association des traiteurs de France. 

Journal & Magazine
Services