×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Être cuisinier sur les mers

Emploi - mercredi 3 décembre 2014 12:18
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Outre les navires de croisières, d'autres types de bateaux embauchent des cuisiniers, même s'il n'est pas facile de décrocher un poste.



Porte-conteneurs, cargos ou autres navires marchands disposent d'un important service de restauration.
© Thinkstock
Porte-conteneurs, cargos ou autres navires marchands disposent d'un important service de restauration.

Il n'y a pas que des bateaux de croisière sur les océans. D'autres embarcations offrent la possibilité d'exercer la restauration en mer. En effet, on mange aussi à bord des porte-conteneurs, des cargos ou autres navires marchands. Difficile pourtant de décrocher un emploi d'hôtelier sur ces bâtiments : si les postes sont nombreux, les armateurs accordent leurs faveurs aux Philippins qui cumulent les compétences de marin et d'hôtelier, avec en plus des prétentions salariales moindres. Pourtant, des chasseurs de têtes pistent au coup par coup, en Europe, des perles rares capables de faire tourner des unités de restauration en mer.
 
Cuisinier-pâtissier de formation, Stéphane Brieff, a rallié en octobre dernier un nouveau poste : un navire poseur de câbles en mer d'Andaman, au large de la Birmanie. "En 1996, j'ai fait l'école maritime du Havre où j'ai décroché le certificat de formation maritime hôtelière, une équivalence du bac pro reconnu par la marine marchande. J'ai toujours voulu voyager mais j'ai d'abord travaillé à terre, à la Maison du fleuve à Camblanes, en Gironde, pour Eurodisney ou dans des brasseries parisiennes." En 2000, la Sodexo embauche le Bordelais comme chef de cuisine. Après une base-vie dans le désert algérien, il rejoint une barge motorisée qui pose des pipelines au large des côtes d'Afrique de l'Ouest : Nous étions 300 à bord. L'ambiance était toujours 'rock'n'roll' avec l'obligation d'employer au moins 50 % de locaux surtout en restauration. Les équipes changeaient du jour au lendemain." Quelques années plus tard, un recruteur l'envoie sur un bateau de support pour plongeurs sous-marins : "J'étais intendant. J'organisais les commandes, le nettoyage quotidien des cabines. Il y avait cinq repas par jour à préparer. Les marins sont des gros mangeurs. Je prévoyais 600 grammes de viande par jour et par personne ", explique Stéphane Brieff qui estime indispensable d'avoir une sérieuse expérience à terre avant d'espérer embarquer.
Francois Pont

Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce en fiches pratiques
par Tiphaine Beausseron
Services