Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Le marché de l'emploi vu par les agences de recrutement

Emploi - mercredi 7 mars 2012 15:03
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Comment s'annonce le marché de l'emploi pour l'année 2012 ? Vos prévisions ?

Laurent Trichet, directeur de l'agence Oui Chef! Recrutement à Juillan (65) :
« Le marche de l'emploi pour 2012 dans notre secteur d'activité ne s'annonce pas trop mal pour l'instant (avec la hausse de la TVA, qui sait si ces perspectives ne vont pas changer). Nous avons eu plusieurs clients qui nous ont contactés pour des besoins en personnel pour ce début d'année, ce qui est une bonne surprise car normalement ils attendent de passer les fêtes pour se manifester. Nos prévisions sont donc optimistes à ce jour car les demandes que nous avons concernent des postes d'encadrement, même si nous remarquons que les clients n'hésitent plus à demander si nous pouvons réduire notre commission d'agence. Nous devons donc nous adapter aux difficultés économiques du moment, être à l'écoute de nos clients pour être compétitif ».

Mélanie Ventura, Laura Orsoni, Thibaut Lahore, agents de recrutement pour l'agence Profil à Bastia (Corse) :
« L'année s'annonce très compliquée comme 2011, manque de compétences des employés, et beaucoup de candidatures inadaptées à la demande de main d'oeuvre ».

Maryvonne Labeille, directrice de Labeille Conseil à Paris (75) :
« Il y a quand même une certaine inquiétude pour le marché de l'emploi en 2012. L'agence Labeille Conseil assure spécifiquement le recrutement des cadres donc on est moins touché que si on s'occupait des employés en général. Néanmoins, 2011 a été nettement meilleur que 2010 en terme de demandes. Les recruteurs cherchent ! C'est donc positif mais avec une prudence de mise. Le marché serait favorable, sans être optimiste… ».

Christophe Sinturel, responsable du développement tertiaire France du groupe DLSI à Forbach (57) :
« Le début d'année 2012 sera calme avec peu de prévisions. Le groupe DLSI s'occupe uniquement de l'hôtellerie de prestige (hôtels 4 et 5 étoiles). En ce moment, beaucoup d'hôtels 4 étoiles rénovent leurs établissements et/ou revoient leurs concepts dans la partie restauration/bar. Ca sera une bonne année pour les meilleurs, mais il n'y aura pas de demi-mesure. A voir… ».

Quel(s) type(s) de poste(s) recherchez-vous le plus ?

Mélanie Ventura, Laura Orsoni, Thibaut Lahore : « des postes en cuisine ».

Laurent Trichet : « Les types de postes les plus recherchés sont en cuisine, de chef de partie à chef de cuisine et chef pâtissier ».

Maryvonne Labeille : « On recherche majoritairement des postes qui touchent la direction des centres de profil (directeurs d'un restaurant, d'hôtel), postes en marketing, postes de commerciaux, et des postes dans le e-commerce (métiers de spécialistes sur, par exemple, les habitudes d'achats, les internautes, etc) ».

Christophe Sinturel : « On recherche en premier lieu des femmes de ménage (qui ne craignent pas de recevoir des ordres), des hôtesses, des réceptionnistes, des barmans et chefs de rang ».

Y a t-il des fonctions qui souffrent plus que d'autres ? Si oui, lesquelles ?

Mélanie Ventura, Laura Orsoni, Thibaut Lahore : « Il y a un souci sur toutes les fonctions et en particulier au niveau des postes au bas de l'échelle (femme de chambre, plongeur, commis de salle) ».

Laurent Trichet : « Avec la crise financière, tous les postes sont plus ou moins concernés, car nos candidats et contacts qui sont en poste nous disent qu'ils doivent être plus polyvalents et prêts à faire le travail des collègues non remplacés. Ce sont plutôt les commis, chef de rang ou chef de partie qui souffrent de la baisse d'activité car leur nombre peut être réduit dans certaines équipes ».

Maryvonne Labeille : « La fonction des ressources humaines est moins demandée car c'est plus rare en terme de volume. On a contrairement plus de demandes pour des postes opérationnelles. Les dirigeants recherchent moins de personnes, mais mieux ou plus qualifiées : ce qui équivaut à une croissance de compétences ».

Christophe Sinturel : « Avec nos exigences et celles de l'employeur, c'est plus difficile de recruter. Certains veulent travailler dans le luxe, mais ne supportent pas les horaires, le salaire ou autres. Il faut le prendre comme une expérience, c'est avant tout un prestige de travailler dans ce type d'établissement ».

Quel est le 'profil type' d'un bon candidat ?

Mélanie Ventura, Laura Orsoni, Thibaut Lahore : « Qui ait à la fois une bonne base de compétences (diplômé ou non) et un bon état d'esprit (compétences humaines), mélangez tout cela avec une bonne dose de sérieux et vous obtenez le candidat dont tous les employeurs rêvent... ».

Laurent Trichet : « Un bon candidat doit avoir au minimum un BEP et CAP en service, cuisine, pâtisserie, etc, ce qui montre son intérêt de faire carrière dans ce métier. La stabilité professionnelle est également très importante car elle montre que la personne effectue des saisons complètes ou des périodes longues avec son Chef/manager. Les restaurants ou hôtels figurant sur un CV doivent si possible être référencés dans les guides, sur internet. Enfin, l'attitude durant un entretien face à face ou téléphonique en dit beaucoup sur un cuisinier ou un serveur. Au mieux, la personne doit être motivée, professionnelle, a l'écoute de suggestions donc ouverte d'esprit, raisonnable dans ses demandes, aimable avec un bon esprit d'équipe ».

Maryvonne Labeille : « Les compétences d'un candidat : capacité à avoir une vision stratégique (personne de terrain, aptitude à évoluer), disponibilité, passionné, service au client, aimer apprendre et surtout apporter à autrui, collaborer, travailler en mode projet (ne pas avoir une vision personnelle mais d'équipe) ».

Christophe Sinturel : « Le candidat doit avoir une bonne présentation (classe, prestant, discret), une expérience significative, une bonne mentalité, … Notre tri sélectif s'appuie sur le qualitatif et non sur le quantitatif. Puis, on fait un contrôle de référence systématiquement (vérification du CV). 2 % des personnes qui envoient leur dossier débouchent sur un entretien. On doit placer les meilleurs auprès des employeurs ».

Propos recueillis par Hélène Binet

En complément :
 Retrouvez tous les articles du supplément Carrières
Journal & Magazine
Services