Actualités
classées par   Date | Rubrique | Région
 Emploi
Agrandir taille de caractères Réduire taille de caractères Imprimer cet article
André Barreteau, Petit Poucet du management
lundi 27 février 2012 17:13

Le président de La Mie Câline place le capital humain au centre de la réussite de l'entreprise.

 Pour André Barréteau, le management consiste à mettre en oeuvre une interaction positive entre les individus'.
 

Le livre ressemble à son auteur : discret, simple et efficace . Et si son titre faussement angélique - Les Petits Cailloux blancs d'un chemin professionnel - peut faire sourire, c'est qu'il tranche avec les habituels ouvrages sur le management. André Barreteau, président de La Mie Câline (200 terminaux de cuisson, 2 000 franchisés et collaborateurs), aborde le management de façon très personnelle, en se basant sur "l'observatoire de sa vie professionnelle". Selon lui, la clé de voûte du management repose sur le manager. Plus précisément, sur son rayonnement personnel, son aptitude à diffuser des valeurs positives bénéfiques pour l'ensemble des salariés, pour lui-même, et pour le développement de l'entreprise. Un "état d'être", comme résume ce fils et petit-fils d'artisan et dont les mots clés sont la solidarité, la loyauté, le bien-être, la confiance, le respect... "Plus les organisations deviennent complexes, les problèmes aigus, plus on se rend compte qu'il faudrait réactiver ces valeurs en faveur de l'intelligence collective", souligne l'auteur. Une solution face à la crise ? Plutôt un antidote. "Le chef de file subit des angoisses liées à la conjoncture qui se transmettent par mimétisme. Les salariés réagissent alors eux aussi par la peur. Donc tout dépend du tempo donné par le manager. Les crises sont des révélateurs de la qualité du management."

"Un bon généraliste"

Gestionnaire, animateur, contrôleur, formateur, facilitateur, André Barreteau présente les 5 casquettes du chef d'équipe ou du patron d'entreprise. "Mon expérience (...) me permet de rendre un verdict sans appel : les cinq rôles précités activés judicieusement dans un emploi du temps bien structuré permettent la haute performance", écrit-il. Du comportement du leader dépend la réussite de l'entreprise :  "Je suis parti du postulat que, ayant des carences dans de très nombreuses disciplines, je faisais un bon généraliste mais en aucun cas un bon expert. C'est pourquoi je devais favoriser la restitution la meilleure possible des savoir-faire des gens autour de moi".

Idem avec les fournisseurs : l'échange doit permettre la construction plutôt que la répression.  La publication des Petits Cailloux, destiné principalement aux acteurs de son réseau et coédité par l'auteur, a bien suscité quelques sarcasmes  : "Je dérange. On me dit 'pour toi c'était facile'. Mais je suis passé par toutes les évolutions. Au début, j'ai fait des erreurs managériales que j'ai ensuite payées cher." Mais, il en est certain : "Si je me comporte bien, j'ai l'espoir que l'entreprise se comporte bien et donc, au bout du compte, j'en toucherai les bénéfices".

Lydie Anastassion



A lire aussi :
 
Retrouvez tous les articles du supplément Carrières


Recevoir la newsletter quotidienne


Ajouter à mes favoris
Etre alerté
Ajouter un
commentaire
Partager : Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer par email
Emploi

Autres articles...
   


Le journal L'Hôtellerie Restauration

Le magazine L'Hôtellerie Restauration
Newsletter
Quotidienne
Rechercher une formation une école
Besoin d'un renseignement ? Ayez le réflexe Boite à outils
Salon - Agenda
Salon - Agenda