Actualités
Accueil > Actualités > Emploi

Hôtellerie restauration : quatre métiers porteurs

Emploi - jeudi 26 janvier 2012 12:04
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

75 - Paris Alain Jacob, dirigeant et fondateur du cabinet de conseil Alain Jacob, spécialisé dans le secteur de l'hôtellerie restauration, détaille quatre expertises très demandées par les recruteurs.



Alain Jacob décrypte les métiers en pointe dans l'hôtellerie restauration.
Alain Jacob décrypte les métiers en pointe dans l'hôtellerie restauration.

Revenue manager et yield manager
Les chaînes hôtelières se sont toutes lancées dans la vente sur internet. Pour optimiser les capacités et les prix des différents produits hôteliers (chambres, restaurants, banqueting,  etc…) et maximiser leur rentabilité, il faut des spécialistes : les yield et les revenue managers. Ce phénomène touche également les plus petites chaînes. "Nous avons récemment recruté un yield manager pour un groupe de trois hôtels d'une capacité totale de 250 chambres", confirme Alain Jacob. Et, dans les grandes chaînes volontaires, il n'est pas rare que chaque adhérent se dote de ces compétences en complément de celles présentes au siège. Ces deux métiers très proches profitent donc du boom de l'e-commerce.
• Le revenue manager a pour mission d'optimiser le chiffre d'affaires global. Il participe pour cela à la définition de la stratégie commerciale, du budget et de la grille tarifaire annuelle. Il gère également les relations avec les partenaires internet.
• Le yield manager utilise des techniques pointues, mathématiques et informatiques, pour rentabiliser les activités hôtelières en gérant au plus fin les capacités disponibles. Issues du monde du transport aérien, cette tarification différenciée s'est imposée dans le secteur.
"De formation bac+ 5, passées par des écoles supérieures de commerce de type ESC ou hôtelières, les revenue et yield managers ont entre cinq et dix ans d'expérience et émargent entre 45 000 et 55 000 €", précise Alain Jacob.

Les spécialistes de la responsabilité sociale des entreprises (RSE)
Les questions d'éthique, de transparence, de politique environnementale ou encore de diversité sont devenues un enjeu incontournable au sein des fonctions de ressources humaines du secteur de l'hôtellerie restauration. Les candidats, capables de faire valoir une expérience dans ces domaines, ou ayant ajouté à leur formation une spécialisation RSE ont aujourd'hui toutes leurs chances auprès des recruteurs. Et notamment auprès des DRH qui sont très demandeurs de ce type de compétences. "Les rémunérations varient entre 45 000 et 60 000 €", indique Alain Jacob.

Spa manager
Alors que les hôtels haut de gamme développent systématiquement leur espace bien-être, ils doivent recruter des spa managers pour les diriger. Des postes ouverts à d'anciens responsables d'hébergement capable d'animer des équipes et de gérer une unité commerciale. Le spa manager idéal est polyvalent. "Il faut également savoir faire du marketing direct pour attirer la clientèle extérieure", précise Alain Jacob. Selon la taille de l'hôtel et le prestige de la marque de soins, la rémunération peut aller de 36 000 à 70 000 €.

Responsable restauration/hébergement santé
Les besoins du secteur de la santé en matière de restauration et d'hébergement ne cessent de croître. Les hôpitaux et les maisons de retraite sont en forte demande. Confiés à des prestataires extérieurs comme ceux de la restauration collective, ces services sont exigeants. "Les contraintes d'hygiène, de diététique mais aussi les contraintes d'horaires et celles du contrôle des coûts sont très spécifiques", précise Alain Jacob. Ces postes difficiles sont en forte croissance et ouverts aux professionnels de la restauration commerciale et aux gouvernantes générales. Les salaires s'échelonnent entre 30 000 à 40 000 €.
Valerie Meursault

En complément :
 Retrouvez tous les articles du supplément Carrières
Journal & Magazine
Services