Un jour, une étoile : Keisuke Yamagishi, nouveau 1 étoile Michelin 2018

Paris (75) Dans son établissement au décor raffiné, le chef japonais a à coeur de travailler les produits de saison pour élaborer une cuisine française.

Publié le 05 avril 2018 à 18:30

Lorsqu'il arrive à Paris, il y a neuf ans, pour perfectionner son apprentissage de la cuisine française, le chef japonais Keisuke Yamagishi commence par travailler aux côtés de Bertrand Grébaut à L'Agapé (XVIIe). Quelques années plus tard, en 2013, il ouvre son propre restaurant, Étude (XVIe), un lieu au décor raffiné. Il place sa cuisine dans le prolongement des six tables, afin de garder un oeil sur chacune car il est important pour le chef d'observer et de pouvoir réagir. 

En salle, Jean-Charles Colin, ancien de L'Agapé également, l'accompagne. "J'essaie d'amener au maximum la voix du chef. Pour cela, j'accorde beaucoup d'importance à l'annonce des plats, afin de préparer l'esprit et le palais du convive", explique le sommelier et directeur de salle. Il aime ponctuer ses descriptions de mots comme acidité, fraîcheur, amertume ou moelleux, et situer l'origine des produits. 

"Je veux parler des gens avec qui l'on travaille, comme Pierre Oteiza dans le Pays basque, et mettre en valeur les produits et les microclimats, sans être trop long", ajoute-t-il. La carte des vins est composée de 500 références classées par vigneron, dont une importante collection de bourgognes et quelques vins issus de petites parcelles.


La cuisine, les produits

Salsifis et clémentine, Rouget grondin, radis et poireau, Échine de porc kintoa, chou et café, le chef travaille surtout des produits français et de saison. Il y a un an et demi, pour répondre à la demande et par intérêt personnel, il élabore un menu vegan, avec des plats sans lactose (lait, crème et beurre). Le résultat le satisfait tellement qu'il décide de l'appliquer à toute sa cuisine. Huile d'olive, amande, noisette et laits végétaux se substituent aux produits laitiers, comme dans sa brioche aux cacahuètes et émulsion d'huile d'olive et cardamome qu'il sert en début de repas.

La première étoile arrivée, le chef est heureux, "surtout pour les clients, les amis et la famille", précise-t-il. Lui pense déjà à la deuxième étoile et à ce qu'il va mettre en oeuvre pour la décrocher : "J'ai déjà des idées. Ce n'est pas grand-chose, il va surtout s'agir de respecter encore plus le produit."


étude #Restaurant# #Paris# Michelin #UnJourUneEtoile#

Photo

Publié par Caroline MIGNOT



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Professeur - Formateur H/F

75 - PARIS 18

Ecole de cuisine de loisir, cherche formateur (trice) en cuisine cours EN ANGLAIS, Travail agréable a pourvoir au plus vite, salaire de départ 2 250 euros net, fermeture samedi soir, dim et lundi , pas de coupures sauf rares exceptions Experience cuisine française, sens de l´humour indispensable

Posté le 20 avril 2024

Chef de partie H/F

17 - LA TREMBLADE

POSTE DE CHEF DE PARTIE DESSERT TOURNANT H/F A POUVOIR. Bistro chic sur la plage de Ronce-les-Bains (17). www.le-grand-chalet.fr direction@le-grand-chalet.fr Recherchons chef de partie h/f de début Mai jusqu'à à fin Septembre. Restaurant ouvert 7/7 de Mi Juin à Mi-Septembre. Beau volume

Posté le 20 avril 2024

Chef de rang H/F

Suisse

Pour sa réouverture prochaine le restaurant LE VIEUX PORT à versoix recherche: Un(e) chef(fe) de rang motivé et souriant pour renforcer nos équipes en SALLE, Équipe jeune et dynamique. -Contrat en CDI -Salaire à définir selon expériences thibaut@vieuxport-restaurant.ch

Posté le 20 avril 2024