Les hôtels français ont retrouvé leur clientèle internationale, affirme KPMG

Selon l'étude annuelle réalisée par le cabinet de conseil et d'audit, les clients européens ont renoué avec la France l'an dernier dans un contexte de hausse des prix moyens, aboutissant à une année record pour les dépenses internationales. 2023 et 2024 devraient suivre cette évolution, grâce aux divers rendez-vous sportifs et à des périodes de vacances plus étendues.

Publié le 04 octobre 2023 à 14:21

 

  • Développement de l’offre : 125 hôtels prévus d'ici à 2026, soit 16 000 chambres

Le marché hôtelier séduit toujours les investisseurs, mais si les projets décidés avant le Covid sont toujours à l’ordre du jour, ils mettent plus de temps à se réaliser. “C’est souvent en raison de problèmes de structuration de financement, liés à l’augmentation des taux de crédit”, explique Stéphane Botz, associé KPMG Hospitality, lors de la présentation du 46e baromètre de L’industrie hôtelière en France, le 3 octobre.

D’ici à 2026, 16 000 nouvelles chambres sont prévues en France (soit plus de 125 hôtels), se concentrant sur 10 grandes destinations : Paris, Côte d’Azur, Bordeaux, Toulouse, Strasbourg, Colmar… Il s’agit surtout de projets 4 et 5 étoiles, principalement tournés vers la clientèle loisirs.

 

  • De bonnes performances en 2022,  qui devraient se poursuivre en 2023 et 2024 

En 2022, la fréquentation a enregistré un léger recul mais les prix moyens étaient en hausse par rapport à 2019, ce qui a permis de compenser l’inflation et l’augmentation des charges, notamment salariales. Côté rentabilité, les niveaux de RBE ont dépassé ceux des années précédentes, sauf pour l’hôtellerie économique où les prix augmentent moins vite.

Au premier trimestre 2023, le nombre de nuitées a augmenté par rapport à 2022, notamment dans le segment haut de gamme, en Île-de-France et dans les zones urbaines en régions grâce au retour de la clientèle affaires. Les clientèles européennes et internationales (notamment asiatiques) sont de retour depuis le début de l’année, avec + 29% de vols long courrier par rapport à 2022.

Le calendrier évènementiel, la météo clémente de l’arrière-saison et la reprise du tourisme d’affaires laissent augurer une bonne fin d’année, ainsi qu'une bonne année 2024, malgré la baisse globale du taux d’occupation enregistrée sur l’ensemble du pays (- 2,2 %)

Toutefois, l’augmentation des prix dans l’hôtellerie soulève le problème de l’accès aux vacances pour les ménages les plus modestes. Stéphane Botz note la “paupérisation de la population française en matière de tourisme, malgré l’existence de villages vacances et d' aides sociales au départ en vacances. Beaucoup de campings montent en gamme, ce qui laisse de côté une partie de la clientèle ”. Et d’insister : “Le vrai enjeu de demain sera le maintien de cette forme de tourisme.”

 

  • Les tendances selon KPMG : story telling, hostels, intelligence artificielle 
     
    • Stéphane Botz insiste en premier lieu sur l’importance du storytelling dans l’hôtellerie : “Les clients cherchent une expérience et veulent connaître l’histoire du lieu“, note-t-il. Cela explique la création de collections et de nouveaux concepts par les groupes hôteliers, afin de faire la différence dans un marché qui se renouvelle constamment.

    • Ensuite, KPMG note que les hostels réinventent l’expérience économique : ces établissements, qui mèlent dortoirs et chambres privées, sont souvent situés dans les centre-villes, s’adressent à toutes les clientèles et permettent de contrer l’augmentation des prix dans l’hôtellerie classique. Ils sont aussi adaptés au désir de la clientèle de rencontrer les populations locales et de voyager dans une ambiance décontractée, voire festive. De plus, ils sont de plus en plus adoptés par toutes les classes d’âges et toutes les classes sociales. Toutefois, ces établissements doivent aussi avoir une histoire à raconter.

    • Enfin, l’intelligence artificielle sera une donnée à intégrer dans l’hôtellerie ces prochaines années. Ce “formidable outil pour l’hôtellerie” est déjà utilisé pour l’optimisation opérationnelle et de la rentabilité (son utilisation a permis de perfectionner le yield et d’augmenter les prix) et peut permettre de réduire les coûts énergétiques, planifier les besoins en personnel, d’améliorer l’expérience client et celle du salarié... Il faudra veiller toutefois à ne pas “perdre la culture du voyage, car son utilisation risque d’appauvrir la notion de partage, de culture, d’hospitalité”, insiste Stéphane Botz.

 

KPMG #StephaneBotz#


Photo

Publié par Roselyne DOUILLET



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Commis de cuisine H/F

35 - BAINS SUR OUST

La Morinais Restaurant à la Ferme, cherche un.e COMMIS.E DE CUISINE. Produits bio, bruts, de saison, de la ferme et des fermes voisines. Uniquement sur réservation & Menu unique. CDI. Smic. 39h du jeudi soir au dim midi. 3,5 j de congé consécutif/sem. Labellisé 3 Ecotables. Ref Fooding. 0678182680

Posté le 20 avril 2024

Chef de rang H/F

68 - KAYSERSBERG VIGNOBLE

Nous recherchons pour notre Brasserie, la Winstub du Chambard avec 1 Bib Gourmand, notre CHEF DE RANG : Vos missions ? - Coordonner les commandes avec la cuisine pour s'assurer que les plats sont servis à temps et avec précision. - Veiller à ce que la salle à manger soit toujours prête pour acc

Posté le 20 avril 2024

Chef Exécutif (Responsable des cuisines) H/F

75 - PARIS 08

Très bel établissement parisien (Paris 8e), chic et festif, recherche h/f Chef exécutif plein temps / Cadre CDI. Responsabilités : Elaborer les menus en accord avec la direction générale, gestion de l'équipe, des fournisseurs, des achats et des approvisionnements.

Posté le 20 avril 2024