Emploi : La polyvalence s'impose dans l'hôtellerie

La crise liée à la Covid-19 a accéléré la polyvalence des équipes, tout particulièrement à l'accueil et dans les espaces bar et restauration. Un phénomène fait pour durer.

Publié le 05 août 2021 à 12:05


Chez Mama Shelter, Citizen M ou Assas Hotels, la polyvalence des salariés n’est pas nouvelle. “La polyvalence est en place depuis une dizaine d’années dans nos hôtels, non pas pour réduire les équipes, mais pour faire de nos hôtels des lieux de vie, explique Romain Trollet, fondateur d’Assas Hotels. Chez Oh la la !, à Paris, l’entrée se fait par un café bar à cocktails. Le matin, nos réceptionnistes, formés à la caféterie, font le petit déjeuner. Dans le Rocky Pop de Flaine qui ouvrira en décembre, il y aura des chambres, des appartements et même un supermarché près de la réception : l’équipe sera commune pour le magasin et l’accueil.”

La polyvalence s’est généralisée pendant la crise sanitaire. “Il y avait un flux de clientèle très restreint dans les établissements et la nécessité de produire les mêmes services qu’avant, mais avec des équipes moins nombreuses. Cela a amené plus de flexibilité dans les postes. Le personnel de réception a fait du room service, par exemple”, observe Olivier Cohn, directeur général de Best Western France.

 

Une tendance de fond

Réponse de crise à une situation de crise ? Plutôt une vraie tendance de fond, répondent les professionnels interrogés. Et ce pour plusieurs raisons.

D’une part, la digitalisation, également dopée par la crise, permet désormais de limiter les tâches administratives chronophages, notamment lors du check-in et du check-out. Les équipes de réception peuvent alors passer plus de temps de qualité auprès de la clientèle, et jongler entre différentes tâches. En juin dernier, la marque de luxe Radisson Collection a ainsi ouvert un établissement à Séville : “À l’accueil, il y a des agents de relation client qui sont à la fois réceptionnistes, bagagistes, concierges, ils s’occupent du guest relation et du lobby bar. C’est une expérience client renforcée, puisque ce dernier n’a plus à chercher la bonne personne. Il y a un contact unique”, détaille Sébastien de Courtivron, directeur régional Radisson pour l’Europe de l’ouest.

D’autre part, face aux problèmes de recrutement actuels, la polyvalence peut se révéler un outil précieux. “La polyvalence rend les métiers de service plus riches, plus variés, en renforçant le contact client. Cela accroît leur attractivité”, estime Olivier Cohn. “La génération Z, qui est très flexible, très polyvalente, apprécie cette diversité de tâches”, enchérit Sébastien de Courtivron.

 

Une démarche qui s’anticipe

Mais pour fonctionner dans la durée, la polyvalence doit être mûrement réfléchie en amont et respecter certaines conditions. “Demander tout et n’importe quoi à nos équipes, c’est impossible. La polyvalence doit être organisée”, alerte Romain Trollet. “Dans une équipe de réception de dix collaborateurs, par exemple, cinq seront polyvalents, pour ne pas déséquilibrer les services aux heures d’affluence. Ou sinon, il faut limiter la polyvalence aux heures creuses”, souligne Olivier Petit, directeur associé chez In Extenso Tourisme Culture et Hôtellerie.

La polyvalence s’appliquera plus particulièrement aux métiers de la réception, du bar et de la restauration. “Un hôtel peut tout à fait former un réceptionniste pour qu’il sache gérer le bar, se servir de la machine à café et de la tireuse à bière. Mais il faudra conserver un barman pour les cocktails en soirée, car c’est un vrai savoir-faire. Le barman sera bien placé pour échanger le soir avec les clients, leur conseiller les endroits de sortie et jouer en quelque sorte un rôle de concierge”, poursuit l’expert.

Mais cette démarche a ses limites. “La perception client est vraiment importante. Un plongeur en tenue ne pourra pas entrer en salle pour assurer d’autres tâches, de même qu’une femme de chambre ne viendra pas apporter le petit déjeuner. Le client n’apprécierait pas forcément. Par ailleurs, certains postes ne s’improvisent pas et ne se prêtent pas facilement à la polyvalence. Pour être femme de chambre, par exemple, il y a des postures à connaître et à éviter, et ce n’est pas si facile de faire un lit”, précise Sébastien de Courtivron.

Autre critère : les espaces de réception et de restauration doivent être proches ou mixtes, pour que la polyvalence puisse être envisagée. “L’espace doit être conçu pour. Depuis la réception, il faut pouvoir voir le bar”, rappelle Olivier Petit. Enfin, l’accent doit être mis sur la formation interne afin de faire évoluer les profils et les postes.

 

Romain Trollet #AssasHotels# Olivier Cohn BestWestern #SébastiendeCourtivron# #OlivierPetit#  InExtenso

 


Photo

Publié par Violaine BRISSART



Commentaires
Photo
Eric Sepel

jeudi 5 août 2021

On demande toujours plus aux salariés de l'hôtellerie-restauration et pourtant les salaires sont parmi les plus bas du secteur privé....
Photo
Laurent Maubois

vendredi 6 août 2021

Je travaille depuis 'un certain temps', dans des petites structures de 30 à 40 chambres. Boutiques Hôtels sans restaurant, où la polyvalence a toujours été de mise. D’où mon attirance pour les petits hôtels indépendants. Réception, bar, petit déjeuner, service en chambre, bagagiste, valet de chambre, technicien de maintenance pour les petits problèmes de tout les jours... Plus varié, moins de routine ! Et oui, on est souvent seul. Comme préciser plus haut, la polyvalence doit être malgré tout organisée, ma priorité va à mes tâches de réceptionniste, pour le reste parfois, je peux être amené dire non, car non doué du don d'ubiquité (faculté divine d'être présent partout en même temps). Cette polyvalence demandée, requérant, de multiples connaissances et expériences comme mentionnée dans l'article devrait être davantage rémunérée, car elle permet aussi de faire des économies de personnel. Ne pas oublier non plus d'embaucher des extra en cas de pics d'activité. Les connaissances techniques spécifiques à chaque poste sont importantes, je peux aider au bar, mais sortit d'un traditionnel gin tonic, ne me demandez pas un cocktail élaboré, sauf si vous en connaissez la recette, je peux faire une recouche oubliée ou un départ, mais pas 14 chambres, déboucher un évier, changer un cordon de douche, une ampoule, mais je ne suis ni électricien ni plombier. La polyvalence à ses limites, connaissances et temps disponible, on ne peut pas tout faire, partout tout le temps, et la reconnaissance morale et financière participe aussi, bien entendu à l'implication de chacun, même et surtout en temps de crise.
Photo
Jerome TREMBLET

vendredi 6 août 2021

C'est une véritable erreur de profiter de la situation pour demander plus de polyvalence aux salariés alors que notre métier n'est pas attractif. Qui veut être payé au Smic et devoir maîtriser plusieurs postes avec souvent une forme d'ingratitude ?
Le temps de ne pas considérer le personnel à sa juste valeur est révolu Messieurs. Il est temps de revaloriser nos métiers et de les rendre 'sexy' et non pas synonyme de corvée !

Signaler un contenu illicite

Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Cuisinier H/F

59 - Quievrechain

Elior, filiale d'Elior Group, est n°1 en restauration collective en France. Depuis plus de 25 ans, nous anticipons les évolutions de notre métier, en devançant les attentes et les besoins des enfants, élèves, étudiants, travailleurs, patients et résidents… Découvrez le job que vous voulez !

Posté le 17 avril 2024

Agent de réservation H/F (Stage/Apprentissage)

75 - PARIS 06

DESCRIPTIF DE L'OFFRE De formation commerciale, vous êtes passionné par le monde de l'hôtellerie de luxe ? Particulièrement dynamique et ayant un sens aigu du relationnel, votre sourire s'entend au téléphone ? Alors vous êtes notre FUTUR(E) ALTERNANT(E) au sein de l'équipe commerciale Début du c

Posté le 17 avril 2024

Chef de rang H/F

69 - LYON 01

Pour Restaurant Gastronomique ' Culina Hortus', recherche (h/f): Chef de rang. recherche en CDD pour mai Juin Equipe jeune et dynamique. Salaire suivant expérience. Merci d'envoyer votre CV et votre Lettre de Motivation: bouanich_thomas@hotmail.com

Posté le 17 avril 2024