Édito du journal du 23-02-2012 : "Un juste équilibre"

Publié le 22 février 2012 à 15:18

Au début du XXe siècle, Anatole France s'exclamait : "Je pardonne à la République de gouverner mal car elle gouverne peu." S'il est difficile de considérer qu'elle gouverne mieux aujourd'hui - les déficits abyssaux de nos finances publiques en attestent quotidiennement, hélas ! - la République s'est néanmoins mis en tête de gouverner beaucoup. Certes, quand Michel Debré créa l'ENA en 1945, il avait précisément pour objectif de mettre la République au service du citoyen en formant les plus brillants élèves à la conduite des affaires de l'État. Brillants, ils le sont de plus en plus, mais avec une tendance appuyée à se mêler des moindres faits et gestes de chacun.

À la décharge de nos hauts fonctionnaires, il faut constater que les politiques, même s'ils sont passés par la rue des Saints-Pères, ont pris l'habitude de demander aux serviteurs de l'État d'intervenir jusque dans les détails de la vie quotidienne. Et depuis des décennies, qu'il s'agisse de la sécurité routière, du code du travail, des assurances scolaires, des adductions d'eau ou de la gestion des plages en passant par la couleur des lampadaires, la pêche à la mouche ou les cartes de restaurants, notre irrépressible penchant à la normalisation fait d'abord le bonheur des éditeurs juridiques et des avocats.

Ainsi, le projet de réglementation des cartes de restaurants dont vous lirez les développements en page 30 de ce numéro. La louable intention du député Fernand Siré, élu du peuple dont l'accent évoque irrésistiblement les produits du terroir, les anchois de Collioure et les vins du Roussillon, s'est rapidement transformée en une construction juridique de plus en plus complexe, difficilement compatible avec la simplicité qui doit caractériser l'information du client. Il est évident que le consommateur est en droit de connaître l'origine des produits et le mode de préparation de ce que lui propose un restaurant.

Il n'est pas certain qu'il soit soucieux de savoir si le jambon vient de Bretagne ou du Périgord, pas plus qu'il n'est forcément convaincu par la mention du mode de conservation des épices.
Un juste équilibre s'impose entre d'indispensables normes et règles professionnelles, que la puissance publique a la responsabilité de faire respecter, et des excès de réglementation qui affaiblissent la plus solide des codifications.

Publié par L. H.



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Second de cuisine (Sous-chef de cuisine) H/F

06 - NICE

NOUVEAU RESTAURANT sur les collines de Nice, recherche dès maintenant : * Sous chef * Chef de partie * Commis de cuisine Bel établissement proposant une cuisine méditerranéenne bistronomique Candidats motivés, sérieux, esprit d'équipe CV : evemgastronomie@gmail.com Restaurant : MAISON BELLE

Posté le 20 mai 2024

Chef de partie H/F

17 - LA ROCHELLE

Le bistrot du port sur le vieux port de La Rochelle recherche un cuisinier h/f autonome pour la saison a venir poste en continue du d'après-midi , repos fixe le dimanche vous êtes en charges de la production le matin et du service seul l'après-midi. contrat saisonnier de 6 ou 9 mois pour 39 h en

Posté le 19 mai 2024

Chef de partie H/F

17 - LA ROCHELLE

le bistrot du port sur le vieux port de La Rochelle recherche pour la saison a venir un chef de parti chaud h/f et un chef de parti froid h/f. suite a un changement de propriétaire rejoigniez un nouvelle équipe nouvelle identité dans un cadre rétro et une ambiance de vieux bistrot, vous integré un

Posté le 19 mai 2024