#Coronavirus : remboursement du chômage partiel et prêts en suspens, que vous répond le Gouvernement ?

Question à Didier Chenet, président du Groupement national des Indépendants (GNI) de l'hôtellerie et de la restauration.

Publié le 15 avril 2020 à 11:40

Beaucoup d’entreprises sont toujours en attente des remboursements du chomâge partiel. Que vous répond le Gouvernement ?

Ca bug encore, même si le ministère du travail a annoncé que les logiciels avaient été améliorés. Ils nous garantissent systématiquement que toutes les demandes iront au bout. Sauf que malheureusement, les trésoreries ne vont pas suivre pour une majorité. C’est le débat actuel. Mardi, lors de la réunion téléphonique avec Bruno Le Maire et Jean-Baptiste Lemoyne, nous avons de nouveau soulevé avec le ministre de l’Economique sur les conditions d’accès au PGE. Ce prêt doit être accordé aussi aux entreprises en difficultés ou en passe de l’être. Le gouvernement a laissé aux banques de réseaux la décision d’accorder ce prêt, même s’il est garanti à 90% par l’Etat. Bruno Lemaire nous a demandé quelques jours pour apporter une réponse concrète pour que toutes les entreprises puissent en bénéficier. Je le sais, c’est long et très dur pour des gens à qui on vient de rejeter des virements ou des chèques et qui risquent de se retrouver inscrits à la Banque de France. Je peux vous garantir que je ne cesse de le dire.

Sur le fonds de solidarité et le prêt rebond ?

Les conditions du fonds de solidarité doivent être simplifiées. J’ai demandé à ce que les locataire-gérants puissent y avoir accès. On s’est rendu compte que ce n’était pas le cas. On nous a confirmé que l’aide complémentaire aller passer jusqu’à 5 000 euros. Quant au prêt rebond, les gens qui ont déjà des dettes craignent un surendettement, avec des remboursements vertigineux. Faire un emprunt pour rembourser l’Etat est absurde. Bruno Le Maire avait déjà évoqué l’annulation des charges fiscales et sociales au cas par cas. Le président de la République en a parlé dans son allocution. Nos établissements n’ont aucune visibilité, même sur la saison estivale. Aucune recette ne rentre. L’annulation des charges et sociales doit être systématique. Et nous proposons, avec la reprise, la création d’un fonds d’investissement qui serait abondé par les assureurs et qui interviendrait comme une participation et pas comme un emprunt.

Covid19 #virus# Covid19 #chômagepartiel# PGE #fondsdesolidarité# Didier Chenet GNI


Publié par Sylvie SOUBES



Commentaires
Photo
Anonyme

dimanche 19 avril 2020

Bonjour,
j'entends beaucoup parler de report ou d'annulation de charges ou de loyers mais j'aimerai savoir quelle est la position du gouvernement concernant les impôts tel que taxe foncière ou redevance tele pour les hôtels; ces charges sont énormes ; elles sont calculées sur un nombre de chambre ou une surface et une exploitation MAIS nous sommes dans l'obligation de rester fermer !
Qu'en est il de la position de l'état sur ces Sujets ???
Photo
Sylvie SOUBES

lundi 20 avril 2020

Lundi 6 avril, Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des comptes publics a annoncé aux organisations professionnelles du secteur lors d'une conférence téléphonique, le report pour 3 mois de la contribution à l'audiovisuel public (plus connu sous le nom de redevance télévisuelle) pour le secteur de l'hôtellerie-restauration. Concernant les impôts et taxes qui relèvent des municipalités ou collectivités, l’appel est évidemment aux aménagements.
Photo
Sylvie SOUBES

lundi 20 avril 2020

J'ajoute que le plan de relance du tourisme est en cours de discussion (dedans des pistes concernent ces différents impôts comme la taxe foncière). Nous en saurons plus demain mardi 21 avril après-midi. Bon courage à vous.

Signaler un contenu illicite

Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles