Contrôle d'hygiène et de police : préparer son discours pour éviter les débordements

Laurent Combalbert, négociateur professionnel, auteur-conférencier-formateur et ancien négociateur du RAID (unité d'élite de la police), partage son expérience des négociations pour vous guider dans le discours à adopter lors d'un contrôle d'hygiène, de l'Urssaf, de l'inspection du travail… Deuxième article de la série.

Publié le 26 octobre 2022 à 16:18

Le contexte : Contrôlé en plein coup de feu

"Comme chaque année, je viens d’être contrôlé : hygiène, Urssaf, inspection du travail, permis d’exploitation… le tout à 12 h 25, à l’heure du coup de feu. Une douzaine de policiers ont débarqué dans mon établissement, armés jusqu’aux dents. Mais ils n’ont rien trouvé, rien à redire non plus, si ce n’est que les documents demandés se trouvaient dans mon bureau, situé au-dessus des cuisines et non pas dans ma poche ou à leur disposition. J’étais en train de dresser les assiettes pour les clients, déjà installés et un brin choqués par la situation, quand les policiers ont verrouillé toutes les issues. Un comportement qui a fait fuir le peu de clients qui voulaient déjeuner en terrasse. Puis, les policiers ont accompagné les membres du personnel jusqu’aux vestiaires, pour un contrôle d’identité."

 

Le dialogue avec le contrôleur et les forces de police

L’officier de police : "Bonjour monsieur, je me présente, Officier Martin, nous sommes là pour vous contrôler."

Comment réagissez-vous ?

→ 1er scénario : la négociation échoue
→ 2e scénario : la négociation réussit

 

 

→  1er scénario : la négociation échoue

Vous :"Je suis en plein coup de feu, vous êtes vraiment obligés d’être là maintenant ? Vous ne pouvez pas repasser ? Vous ne vous mettez pas à ma place. Mais ça ne m’étonne pas de vous, vous les policiers, vous êtes tous les mêmes."

  • Ce qui ne va pas : vous ne contrôlez pas vos émotions. Votre réaction est émotionnelle, le manque d’empathie de votre interlocuteur déclenche votre colère et celle-ci vous submerge. La colère est légitime, mais elle ne doit pas brouiller votre vision objective ni vous faire perdre votre contrôle.
  • Conclusion : Si vous vous laissez emporter par l’émotion, vous allez tomber dans une spirale agressive qui ne vous servira pas à atteindre votre objectif.

 

→  2e scénario : la négociation réussit

Vous :"Je suis conscient que vous faites votre travail et que vous avez besoin de contrôler les établissements, à toute heure de la journée. Pourriez-vous m’aider pour que je puisse vous délivrer tous les documents dont vous avez besoin pour que le contrôle se passe au mieux ?"

 

  • Vous contrôlez vos émotions (bonne pratique n°1)
  • Vous rappelez l’Objectif commun partagé (lire ci-dessous la bonne pratique n°2) entre vous et votre interlocuteur
  • Vous posez une question fermée qui déclenchera un oui (bonne pratique n°3)

Vous :"Je vais mobiliser l’un de mes collaborateurs pour qu’il m’aide à rassembler tous les documents nécessaires.
- le classeur d’archivage est là, à jour de ce matin,
- les documents administratifs sont rassemblés ici,
-  il me reste des documents concernant le personnel que j’ai dû déplacer dans mon bureau, je vous les descends immédiatement.
Est-ce qu’il vous manque un document ?"


Vous avez enchaîné avec une question ouverte (bonne pratique n° 3)
Vous repassez à la question fermée qui déclenche un oui :

Vous :"Peut-on parcourir ensemble tous les documents ?"


Vous repassez à la question ouverte qui encourage la discussion :

Vous :"Quels sont les documents que je devrais avoir facilement accessible pour faciliter un éventuel prochain contrôle ?"


Pour réussir vos négociations, vous devez les préparer, travailler à lutter contre le sentiment d’insécurité pour être capable d’improviser, de créer du relationnel (et pour créer du relationnel, il faut créer de l’émotion). Et quand vous le pouvez, déléguer. Le décideur ne doit pas être celui qui négocie. 

>> À suivre dans les prochains articles de la série : Changement de maire : se préparer au dialogue 
>> Pour accéder au premier article : Remboursement des prêts : négociez avec votre banquier comme un négociateur du RAID

#LaurentCombalbert# négociation 


Photo

Publié par Romy CARRERE



Commentaires
Photo

En cliquant sur publier vous acceptez les [conditions générales d'utilisation]

Voir notre Politique des données personnelles



Vidéos-Podcasts


Newsletter

Ne Ratez plus l'actualité , abonnez-vous à la newsletter quotidienne !


Dernières offres d'emploi

Chef de partie H/F

94 - VILLIERS SUR MARNE

recherche chef de partie avec experience, entrée/dessert. carte de saisons. repos samedi midi/dimanche/lundi. poste et salaire évolutifs 01 49 30 20 37 / filip.lesmignardises@gmail.com

Posté le 24 mai 2024

Chef de rang H/F

75 - PARIS 07

Belle brasserie du 7 arrondissement recherche chef de rang, service au plateau obligatoire, salaire au porte feuille, dynamique, ponctuel.

Posté le 24 mai 2024

Chef Exécutif (Responsable des cuisines) H/F

75 - PARIS 08

Maison François 1er Recrute ! Située au cœur du célèbre triangle d'or du 8ème arrondissement de Paris, cette nouvelle Brasserie de quartier aux humbles prétentions, mais aux grandes attentions, prépare son ouverture. Sa structure étant restreinte (26cv en intérieur + 16 en extérieur), nos nouve

Posté le 23 mai 2024