×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Olivia Grégoire : "J'ai demandé à ce qu'on simplifie les mesures d'aides"

Vie professionnelle - jeudi 24 novembre 2022 10:45
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Brest (29) La ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes entreprises, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme, Olivia Grégoire, s'est rendue le 24 novembre à Brest, lors de la troisième et dernière journée du 70e congrès de l'Umih.



Olivia Grégoire, ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes entreprises, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme : 'Quand je discute avec Bruno Le Maire, je peux lui expliquer que les outils mis en ligne ne sont pas adaptés.'
Olivia Grégoire, ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes entreprises, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme : 'Quand je discute avec Bruno Le Maire, je peux lui expliquer que les outils mis en ligne ne sont pas adaptés.'

Le 24 novembre se déroule la troisième et dernière journée du congrès de l’Umih, à Brest. L’occasion pour la ministre déléguée, chargée des petites et moyennes entreprises, du commerce, de l’artisanat et du tourisme, Olivia Grégoire, de se rendre sur place.

La ministre a inauguré cette journée en se voulant très rassurante : “Ma mission en tant que ministre n’est pas de confondre les conjectures de certains mais de partager les éléments de conjoncture. Et malgré les difficultés du moment, la conjoncture, elle tient. Aucun défaut massif de PGE qu’on nous avait promis n’a été constaté. La consommation des ménages résiste au même titre que l’investissement des entreprises. Les perspectives de croissance s’amenuisent mais la France est le seul pays où la prédiction de la croissance économique est au-dessus de 0. Le moral des entrepreneurs, en général, résiste lui aussi.” La ministre a rappelé toutes les aides injectées par l’État pour le secteur pendant la crise avant de rassurer de nouveau sur la conjoncture : la consommation des ménages, beaucoup moins touchée par la hausse des coûts de l’énergie que les professionnels avec une hausse de “seulement 4 %” des factures, continue de progresser. Les Français ont en effet, selon la ministre et son cabinet, pour ambition de partir, pendant les vacances de Noël, dans toute la France.

 

L’énergie : une hausse des prix structurelle

Olivia Grégoire a abordé le sujet de l’énergie. “J’écoute avec attention. J’ai demandé à ce qu’on simplifie drastiquement les mesures d’aides mises en place par le Gouvernement l’année dernière. Quand je suis à Bercy et que je discute avec Bruno Le Maire, je peux lui expliquer, grâce à mon passé d’entrepreneur, que les outils mis en ligne ne sont pas adaptés.” C’est ligne par ligne, avec son cabinet, qu’Olivia Grégoire a travaillé pour faire en sorte de simplifier les aides. La ministre l’a assuré, seulement trois documents sont nécessaires pour profiter des aides énergies désormais : les factures d’énergie, un rib et une déclaration sur l’honneur pour attester de la véracité des documents que le professionnel a fourni. “Nous allons, a priori, faire confiance à vos déclarations. Dans les 10-15 jours suivant votre dépôt de dossier, vous pourrez profiter des aides.” Il ne faut donc pas louper le coche d’ici la fin de l’année.

Des mesures qui n’entravent pas la hausse du prix des énergies. Les professionnels paieront toujours plus qu’auparavant. Cette hausse des prix a une partie structurelle et pas seulement conjoncturelle. Il va donc falloir se pencher sur des énergies dont une partie sera renouvelable. Les plans de sobriété doivent permettre de passer l’hiver mais aussi les prochaines décennies. Il existe de nombreux dispositifs d’aides s'adressant aux TPE et PME, ne serait-ce que pour savoir où se situe l’entreprise. La difficulté réside dans le fait de les trouver. “Je suis en train de ranger la maison des aides”, assure ainsi Olivia Grégoire. Un nouveau crédit d’impôt pour le renouvellement des pompes à chaleur devrait également voir le jour, à partir du 1er janvier, pour aider à financer cette transition.

Enfin, la pénurie de main-d'oeuvre pénalise toujours le secteur : 200 000 personnes manqueraient à l'appel. Une crise profonde, qui va très certainement au-delà de la revalorisation salariale. “Les femmes et les hommes ne sont pas un dispositif qu’on met en place avec un site internet”, a toutefois rappelé la ministre. Le sujet des saisonniers doit être réglé très rapidement pour rendre les métiers plus attractifs : problème du logement, problème pour se véhiculer…

 

#Umih #OliviaGregoire


Romy Carrere
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Orientation scolaire et formations pour adultes en CHR
par Virginie Barret et Jean-Philippe Barret
Services