×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

L'activisme entre dans les restaurants, édito du journal du 25 novembre

Vie professionnelle - mardi 22 novembre 2022 15:49
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :




Que l’on souscrive ou pas à l’idée de changement climatique, il est désormais indéniable que la menace qui plane sur l’avenir de la planète inquiète un nombre croissant de personnes. Parmi eux, des militants, des activistes, beaucoup de jeunes, qui s’emploient à alerter tous ceux qu’ils estiment mal informés voire aveugles. On a eu droit aux radicaux qui collent leurs mains sur des œuvres d’art ou les inondent de soupe. Maintenant, c’est au tour des restaurants. Début novembre, un Burger King parisien a été occupé par des militants de l’association L214 portant des têtes de poulets masquant leur visage. Entassés dans le restaurant avec des bruits de piaillements assourdissants de volaille, ils voulaient dénoncer les pratiques d’élevage intensif.

Le 19 novembre, c’est le restaurant gastronomique de Gordon Ramsay à Londres, 3 étoiles Michelin, qui a été visé par les militants de l’association Animal Rebellion. Sur les vidéos, on peut voir des jeunes gens habillés de façon plutôt chic qui entrent sagement dans l’établissement et s’attablent tranquillement. Leur combat ? Dénoncer les effets délétères de l’élevage des animaux sur le climat, appeler à utiliser des substituts d’origine végétale et à lutter contre la faim dans une période de crise particulièrement aiguë outre-Manche. Réaction du restaurant : “Chacun a droit à ses opinions et à ses croyances. Cependant, entrer de force dans un restaurant, déranger le personnel qui travaille dur et ruiner la soirée des clients qui ont attendu des mois pour leur réservation est incroyablement inapproprié”. À qui le tour ?


Nadine Lemoine
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Hygiène en fiches pratiques
par Romy Carrère et Laurence Le Bouquin
Services