×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Laurent Duc : "Il faut absolument rendre leur attractivité à nos entreprises"

Vie professionnelle - lundi 12 septembre 2022 13:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :

Le président de la branche hôtellerie de l'Umih a annoncé sa candidature, accompagné de Nathalie Baudoin, sa vice-présidente, à la présidence du syndicat le 12 septembre dernier, lors du festival Omnivore, à Paris. Rencontre.



Laurent Duc et Nathalie Baudoin.
Laurent Duc et Nathalie Baudoin.

L’Hôtellerie Restauration : Vous vous présentez à la candidature de la présidence de l’Umih. Quels sont, selon vous, les chantiers prioritaires ?

Laurent Duc et Nathalie Baudoin : La question prioritaire c’est comment allons-nous encore financer nos entreprises ? Pour cela, il faut faire rééchelonner nos prêts garantis par l’État. À ce jour, il nous est impossible d’investir. Nous devons également faire en sorte que les banques changent leur discours. On ne peut pas entendre que l’on ne nous prête plus rien à cause de nos PGE, que l’on nous a obligé à emprunter, alors même qu'ils sont garantis à 90 %. Il faut absolument rendre leur attractivité à nos entreprises. Avec deux années négatives pour la plupart de nos établissements, nous avons du mal à nous en sortir. Parmi les autres sujets d’actualité, nous souhaitons lutter contre les dark kitchens, qui devraient être interdites.

 

Quelle est votre vision pour le syndicat ?

Nous souhaitons une Umih qui innove, qui défende les entreprises, qui construise et qui rassemble pour entraîner des jeunes chefs d’entreprise. Nous souhaitons renforcer le syndicat au service des adhérents, pour leur faciliter leur quotidien, leur donner des pistes pour s’en sortir, pour les aider à transmettre leur entreprise ou à capitaliser dessus. Les chefs d’entreprise ont besoin de visibilité, il faut redonner de l’attractivité à notre secteur. Nous devons être à l’écoute des adhérents et de nos départements, c’est ce qui fait la force de l’Umih. Nous souhaitons représenter tout le monde. Et pour cela, la porte est ouverte à tous, il y a tellement de travail.

 

Comptez-vous conserver vos établissements en parallèle de la présidence ?

L’Umih c’est 7 jours sur 7, dont trois à Paris. Mais nous avons tous les deux une organisation qui nous permet de dégager du temps pour la présidence tout en conservant les rênes de nos établissements. Nos mandats sont basés sur des chefs d’entreprise actifs, pour des chefs d’entreprises. Nous tenons à rester sur le terrain.

 

#LaurentDuc #Umih


Romy Carrere
Journal & Magazine
N° 3787 -
09 décembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Vins au restaurant
par Paul Brunet
Services