×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Le "client engagé" au coeur de la grande rencontre annuelle du Collège culinaire de France

Vie professionnelle - mercredi 20 octobre 2021 12:01
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) À la fois citoyen et consommateur, le client a de nouvelles attentes vis à vis du restaurant. Et pour le fidéliser, il faut créer du lien. C'est ce qui ressort de l'un des ateliers organisés lors de la Grande rencontre annuelle du Collège culinaire de France, le 18 octobre dernier.



La donne a changé. Pendant les périodes de confinement, les clients des restaurants ont découvert le click & collect, la vente à emporter (take away) ou encore la vente de paniers de légumes en provenance directe des producteurs. Ils y ont pris goût. Ces modes de consommation ont rapproché autrement le “mangeur” du restaurateur. Si bien que 80 % des clients se disent prêts à “soutenir” leurs restaurants, selon une récente enquête du Collège culinaire de France (CCF), qui tenait sa Grande rencontre annuelle le 18 octobre dernier à Ground Control, à Paris (XIIe).

Cette nouvelle édition a été l’occasion, pour le CCF, d’organiser un atelier sur le thème du “client engagé” et la fidélisation de celui-ci. Premier constat : chefs et producteurs reconnaissent que plus on crée un lien de proximité avec le client, plus celui-ci a tendance à revenir. Et ce lien ne se résume pas à l’envoi d’un e-mailing ou à des “likes” sur les réseaux sociaux. Quand Rachel Roussel-Voisard parle de lien, l’éleveuse de volailles de Bresse évoque les marchés de producteurs ou encore le service à domicile. Avis partagé par Stéphane Jégo, chef de L’Ami Jean à Paris (VIIe) : “Avec les réseaux sociaux, on donne à manger au client avant qu’il ne vienne. La valeur est faussée. C’est un vrai problème”, dit-il. Le cuisinier ne condamne pas Instagram pour autant. Mais il prône la sincérité et la spontanéité, pour davantage de complicité avec la clientèle : “N’ayez pas peur de montrer qui vous êtes et ce que vous faites ! ” “Et ce d’autant qu’il n’y a pas de meilleur lieu de partage et d’échange que la table”, poursuit Christian Regouby. Le délégué général du CCF perçoit le client tel “un citoyen engagé”, prêt à faire des choix, à se mobiliser pour manger bien, mieux et juste.

 

Près de 12 000 € collectés par un restaurateur grâce à une cagnotte en ligne

Le client vient chercher du sens et des valeurs. Il achète ce pourquoi vous faites votre métier.” Pour Xavier Alberti, à la tête du groupe Les Collectionneurs, au savoir-faire il faut désormais ajouter la politique sociale et environnementale d’un établissement : “La crise sanitaire a accéléré ce mouvement”, souligne-t-il. Et le client y est sensible. D’où le succès de la cagnotte en ligne créée par le chef Damien Desprès, patron du restaurant Aubergine à Montrouge (Hauts-de-Seine), durant le premier confinement. Il a ainsi sollicité sa communauté, dont sa clientèle, pour l’aider à mettre en place un dispositif de plats à emporter, un service de livraison et une cuisine 100 % maison. Résultat : près de 12 000 € collectés. Avec des contreparties plutôt originales, comme la possibilité, pour les clients, d’avoir une chaise à leur nom dans le restaurant. Les deux autres ateliers de la grande rencontre annuelle du CCF, quant à eux, ont permis de parler de terroirs et territoires, mais aussi de recrutement. Au total, près d’un millier d’adhérents se sont ainsi retrouvés, le temps d’une journée, pour échanger leurs expériences, points de vue et cartes de visite.

#paris #collegeculinairedefrance


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce en fiches pratiques
par Tiphaine Beausseron
Services