×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Terrasses : l'utilisation du conditionnel par Jean Castex a fait vivement réagir Didier Chenet

Vie professionnelle - vendredi 23 avril 2021 11:27
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés


Didier Chenet
Didier Chenet

« À partir du 3 mai également, nous pourrons lever les contraintes de déplacement en journée et envisager, sous réserve de l’évolution de la situation sanitaire, un nouveau train de réouverture autour de la mi-mai qui pourrait commencer par les commerces, certaines activités culturelles et sportives et les terrasses. Cette liste n’est pas définitivement fixée. Elle sera assortie de conditions particulières, le cas échéant territorialisées, qui évolueront au fil des étapes. Nous aurons l’occasion de donner les orientations et précisions nécessaires dans les prochains jours. » Ces propos tenus hier, jeudi 22 avril, devant la presse par le premier Ministre a fait vivement réagir Didier Chenet, président du Groupement National des Indépendants (GNI).

De l’affirmatif au conditionnel 

Je suis très inquiet et j'imagine parfaitement l'inquiétude ou l'incompréhension de nos professionnels d'entendre Jean Castex parler au conditionnel. On est passé à un jour d’intervalle de l’affirmatif avec Gabriel Attal, porte-parole du Gouvernement, au terme du Conseil de défense sanitaire, qui a rappelé que le président de la République s’était engagé sur un calendrier et qu’il s’y tiendrait, au conditionnel employé hier par le premier Ministre. Ce que nous voulons d’abord, c’est que la parole d’Emmanuel Macron soit respectée.

Besoin de lisibilité

Les professionnels ont absolument besoin de savoir à quoi s’en tenir. On parle de réouverture de terrasses, sans donner de précisions. Quid aussi des terrasses à l’intérieur des hôtels, de l’événementiel, des petits mariages ? Le conditionnel employé par Jean Castex fait par ailleurs tomber les 3 semaines de prévenance dans le calendrier d’Emmanuel Macron et qui devait nous préparer à la réouverture. Aujourd’hui, nous devrions connaître les modalités économiques, sociales et pratiques de réouvertures, et ce n’est pas le cas. Je n'arrive pas à comprendre alors que ça fait plus d'un an que cette crise existe.

Territorialité

D’autre part, le principe de territorialité ne doit pas être un moyen de faire reculer les échéances mais au contraire de les avancer. Pourquoi ne pas rouvrir dès maintenant les terrasses en Corses, en Aquitaine et en Bretagne, où les taux d’incidence sont très bas. Lors de la dernière réunion que nous avons eue avec Jean Castex, le 5 mars, nous avions proposé cette notion de territorialité qui nous paraissait du bon sens pour commencer le déconfinement et pas le reporter.

Protocole sanitaire de réouverture

Il n’y a eu aucune discussion ni informations depuis notre entretien du 5 mars sur le protocole sanitaire. Je pars dès lors du principe que ce sera bien ce protocole qui sera appliqué et qui, soulignons-le, a été reconnu comme un bon protocole par Emmanuel Macron.

#coronavirus #covid19 #deconfinement #terrasses #jeancastex #emmanuelmacron #didierchenet


Sylvie Soubes