×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Les oenologues et les sommeliers doivent aussi bénéficier d'une vaccination prioritaire selon Didier Fages

Vie professionnelle - mercredi 24 mars 2021 12:32
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Les contre-coups de l'infection au Covid-19 très impactant pour les professionnels du vin.
© Thinkstock
Les contre-coups de l'infection au Covid-19 très impactant pour les professionnels du vin.

En déplacement à Valenciennes dans le Nord mardi 23 mars, le président de la République, Emmanuel Macron, a évoqué l’ouverture potentielle de campagnes de vaccinations pour les enseignants à partir de mi ou fin avril, si le nombre de doses le permettait. Cette annonce a fait réagir le président des Œnologues de France, Didier Fages, qui estime que les œnologues, les sommeliers et tous les professionnels de la dégustation « doivent être inclus dans les professionnels prioritaires ». Il s’explique : « Nous avons naturellement que les professionnels de santé, de l’éducation et toute la fameuse ‘première ligne’ méritent une vaccination prioritaire, mais nous pensons que les métiers de la dégustation sont particulièrement impactés dans leur activité professionnelle, par l’anosmie et l’agueusie et devraient bénéficier, dans un second temps d’une attention particulière ». Une récente enquête menée par l’Union des Œnologues de France avec des médecins et le syndicat national des médecins ORL montre que « 68% des professionnels qui ont été atteint par le Covid-19 ont perdu l’odorat et 56% le goût. Ces troubles olfactifs ont affecté leur vie professionnelle dans 38% des cas. Et les femmes ont été plus touchées que les hommes. » Face à ce constat, l’organisation, qui rappelle que le secteur compte 5 000 œnologues professionnels et 2 500 sommeliers, vient de présenter un plan d’actions en six mesures :

  • Reconnaissance des troubles de l’odorat et du goût comme une maladie invalidante pour les professionnels du vin
  • Couverture santé et prévoyance renforcée
  • Vaccination prioritaire (après vaccination des personnes vulnérables)
  • Mise en place d’une mobilisatiion de l’Union avec création d’une plateforme et d’un numéro d’urgence
  • Lancement d’un programme national de recherche sur les troubles de l’odorat et du goût via le fonds de dotation des Œnologues de France

#coronavirus #covid19 #didierfages #degustation #vin #uniondesoeunologuesdefrance #vaccination

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit et réglementation en CHR
par Pascale Carbillet
Services