×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Les sénateurs aux cotés des CHR

Vie professionnelle - jeudi 10 décembre 2020 13:12
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

La commission des affaires économiques du Sénat a entendu, mercredi 9 décembre, Hervé Bécam, vice-président confédéral de l'Umih, Didier Chenet, président du GNI et Alexis Bourdon, président du Snarr.



Au fond, de g à d : Didier Chenet, Hervé Bécam, Sophie Primas, Alexis Bourdon.
Au fond, de g à d : Didier Chenet, Hervé Bécam, Sophie Primas, Alexis Bourdon.

La cession a été dense, a duré plus de deux heures et a fait l’objet de nombreuses questions des sénateurs sur la situation du secteur CHR, tous conscients des graves difficultés traversées.  « Mi-janvier, les restaurants auront été fermés six mois en un an. C’est une situation tout à fait dramatique pour nos territoires, le dynamisme et l’attractivité des centres villes, l’emploi, l’apprentissage… Il est nécessaire dès aujourd’hui d’anticiper la reprise avec des modèles économiques et des modes de consommation profondément différents de ceux de début 2020 » a estimé la présidente de la commission, Sophie Primas, au terme de la séance. La commission va désormais travailler sur sa capacité à aider le secteur, à partir des éléments soulevés. 

Ce que la commission retient tout particulièrement

Absence de visibilité : La colère des professionnels est grandissante alors qu’un sentiment de stigmatisation et d’abandon se développe et que le manque de visibilité sur les mesures de soutien au- delà du 31 décembre inquiète fortement.

Aides du Gouvernement : Plusieurs mesures de soutien ont certes été mises en place. Mais pour ces professionnels, « le compte n’y est pas », en raison des charges fixes dont ils doivent toujours s’acquitter : loyers, congés payés (à hauteur de 16 millions de jours), charges audiovisuelles, frais de surveillance, contrats de gaz et d’électricité, etc. La promesse présidentielle « zéro recette, zéro charge » n’est pas tenue. Surtout, les PGE, fréquemment mis en avant par le Gouvernement, s’ils ont été les bienvenus lors de la première vague, ne correspondent pas aux réalités de la vie des affaires : « emprunter, c’est pour investir : ce n’est pas pour couvrir des pertes que l’on accumule chaque mois ! En mars, nous serons incapables de rembourser », a rappelé Didier Chenet.

Avenir incertain : Un vaste plan social, silencieux jusqu’à présent, menace donc le secteur : Hervé Bécam a ainsi indiqué que 200 000 emplois sont actuellement menacés du fait de l’arrêt de l’activité et qu’il est illusoire de penser que les aides permettent de compenser cette situation : « ce qui permet de vivre aujourd’hui, c’est l’endettement, et non les aides ». Même en cas de réouverture au 20 janvier 2021, l’activité restera durablement ralentie. Alexis Bourdon a ainsi indiqué que « l’enjeu à venir est de réfléchir, collectivement, à la façon de poursuivre notre activité dans un contexte dégradé. Comment pourrons-nous gagner de l’argent avec des ventes en baisse de 50 % ? ».

Assureurs : Leur attitude suscite incompréhension et colère : « il est absolument anormal qu’il ait fallu aller devant les tribunaux pour faire jouer des clauses qui étaient bel et bien incluses dans nos contrats ! En outre, grâce à l’activité partielle, les assureurs n’ont pas eu à prendre en charge l’indemnisation des frais de personnel, ce qui a représenté autant d’économies pour eux », a souligné Didier Chenet qui souhaite que soit mis en place une enquête parlementaire dédiée à cette problématique afin d'avoir accès notamment aux chiffres réels des assureurs.

#coronavirus #covid19 #didierchenet #hervebecam #alexisbourdon #sophieprimat #senat #audition

 


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services