Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Les fonds d'urgence locaux, une (petite) bouffée d'oxygène pour les professionnels

Vie professionnelle - lundi 7 décembre 2020 09:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Suite au premier confinement, les départements et les régions se sont mobilisés pour aider les professionnels du tourisme, en débloquant notamment des fonds d'urgence. De nombreux hôtels et restaurants ont ainsi pu bénéficier d'une subvention bienvenue pour leurs besoins en trésorerie.



L'hôtel-spa les Rives Sauvages, à Malbuisson (Doubs), est géré par Corinne Brachet et sa famille.
L'hôtel-spa les Rives Sauvages, à Malbuisson (Doubs), est géré par Corinne Brachet et sa famille.


En Région Bourgogne-Franche Comté, en Auvergne-Rhône-Alpes, dans la Manche ou les Landes, diverses aides d’urgence ont été mises en place pour aider le secteur du tourisme. Pour ceux répondant aux critères permettant d’en bénéficier, il s’agissait en majorité d’une petite subvention forfaitaire, mais comme le souligne le gérant d’un hôtel à Mâcon, en Saône-et-Loire, “toute aide est bienvenue et indispensable. De la Région Bourgogne-Franche-Comté, j’ai obtenu 5 000 €. Et le département m’a octroyé 5 000 €, plus 100 € par chambre. Cette contribution publique vient en échange du titre d’Ambassadeur de la Route 71”, explique-t-il.

Le projet Route71 se matérialise par une application à destination des touristes, recensant patrimoine, vignobles ou évènements mais aussi hôtels et restaurants. Les établissements sont ainsi incités à devenir ambassadeurs de leur département. Cet hôtelier a pu toucher 14 000 € d’aides au total, un apport de trésorerie apprécié. Par ailleurs, une négociation est en cours actuellement avec la commune afin que les hébergeurs puissent conserver la taxe de séjour.

Dans le Doubs, autre département de cette région, Corinne Brachet, qui gère en famille quatre hôtels et trois restaurants à Malbuisson, a touché deux fois 5 000€ d’aides - ses établissements étant répartis sur deux sociétés distinctes. “Bien sûr j’aurais préféré plus, mais j’ai conscience que toutes ces subventions cumulées représentent beaucoup à l’échelle de la région. C’est mieux que rien”, concède-t-elle. Dans le cadre du fonds d’urgence tourisme, la région a en effet soutenu 565 hôtels pour un montant de 2,8 M€.

Le département du Doubs a par ailleurs orchestré une grosse campagne de promotion touristique, dans le but d’augmenter sa visibilité, son attractivité et de booster sa fréquentation : “Cela semble avoir bien fonctionné, les touristes étaient au rendez-vous cet été. Et c’est peut-être une réserve de clientèle pour plus tard”, ajoute Corinne Brachet, résolument optimiste.

 

“Nous prenons ce qu’on nous donne ”

Dans l’Ain, 706 000 € ont été répartis sur une centaine d’hôtels et d’hôtels-restaurants, à hauteur de 5 000 € chacun et 100 € par chambre - dans la limite de 100 chambres. Sachant que le département compte en 166, cela signifie que 60 % des hôtels et hôtels-restaurants locaux en ont bénéficié. À l’instar de cet hôtel-restaurant de Divonne-les-Bains : “Nous avons 26 chambres, et avons donc reçu 7 600 €. Nous n’avons plus de trésorerie depuis fin avril. Ce montant nous a permis d’avoir un petit matelas pour payer nos salariés ou réaliser des achats. Ça n’est jamais assez, c’est sûr, mais nous prenons ce qu’on nous donne. Je dis souvent que nous avons la chance d’être en France”, souligne la gérante.

Des territoires proposent de nouvelles aides suite au second confinement. La région Nouvelle-Aquitaine, par exemple, met en place un fonds d’urgence avec des subventions allant de 3000€ à 40 000€, en fonction de l’effectif salarié dans l’entreprise… et selon certains critères, évidemment.  

 

#aides  #subvention #region #fonds #urgence #covid


Laetitia Bonnet Mundschau
Journal & Magazine
Services