×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Couverture de la perte d'exploitation : le combat s'accélère en faveur du secteur, édito du journal du 23 juillet

Vie professionnelle - lundi 20 juillet 2020 15:42
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Axa a tenu son assemblée générale le 30 juin. En France, le leader international de l’assurance dit avoir “assumé une responsabilité sociale au-delà des obligations légales”, avoir été “l’un des tout premiers à travailler”, au prochain dispositif de catastrophes exceptionnelles (baptisé Catex), qui devrait permettre de couvrir la perte d’exploitation en cas de pandémie, ou encore avoir “joué un rôle actif dans la sortie de crise et la reconstruction” des économies et de la société… “On a vraiment aidé et donné de l’argent pour que les entreprises puissent redémarrer après la crise”, affirme le directeur général, Thomas Buberl.

Sauf que le chef étoilé Michel Sarran, qui est assuré par Axa, n’est pas du tout de cet avis, car l’assureur refuse de couvrir sa perte d’exploitation liée au coronavirus. Le restaurateur a donc décidé d’aller en justice. L’audience s’est tenue le 15 juillet, à la sortie de laquelle le Toulousain, s’est énervé contre la “mauvaise foi” de son assureur. “Il aura fallu une heure de plaidoirie pour débattre de la définition de l’épidémie, ce qui prouve bien que cette clause d’exclusion est sujette à interprétation”, a confié le juré de Top Chef sur actuToulouse. Il promet aussi sur sa page Facebook qu’il mènera le “combat jusqu’au bout”. Suite à une plainte de Stéphane Manigold, président du groupe parisien Eclore, Axa s’était vu condamné, le 22 mai, à couvrir la perte d’exploitation. L’assureur avait d’abord annoncé faire appel, puis avoir trouvé un accord avec le plaignant. Des contentieux pour des contrats similaires à celui de Stéphane Manigold ont d’ailleurs bénéficié de négociations depuis lors. À Toulouse, la décision du tribunal sera rendue le 18 août. Un autre assureur, Albingia, vient d’être condamné par le tribunal de Nanterre à verser au groupe Holding Hôtelière de Paris (HHP) 450 000 € de provisions pour couvrir deux mois de pertes d’exploitation, en attente d’une expertise... Pour les hôteliers et restaurateurs, le combat continue.

#axa #assureur #assurance #pertedexploitation #michelsarran #coronavirus #covid19


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Reprendre un hôtel : évitez les embûches
par Stéphane Corre
Services