Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Plusieurs candidats à la mairie de Paris dévoilent leurs propositions à l'intention des CHR

Vie professionnelle - jeudi 30 janvier 2020 11:41
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question / Ajouter un commentaire Partager :

Paris (75) Les professionnels parisiens des CHR ont connu une année 2019 difficile. Les candidats aux élections municipales de la ville de Paris (les 15 et 22 mars prochains) qui ont bien voulu nous répondre en conviennent : il va falloir se mettre en ordre de bataille pour soutenir le secteur. Des sujets comme la régulation des locations saisonnières ou l'interdiction des chauffages sur les terrasses de cafés animent les projets des candidats.



Pierre-Yves Bournazel : “Une exonération totale de charges en 2020 pour les CHR”

Rallié à la liste de Benjamin Griveaux : Paris ensemble

L’élu du XVIIIe arrondissement est souvent interpellé sur ses origines par les cafetiers parisiens : “Être du Cantal, ça crée des liens !Pierre-Yves Bournazel a adressé, dès octobre dernier, une lettre aux cafetiers dont il dit mesurer le désarroi. “Je demande l’exonération des taxes locales et fiscales pour l’année 2020, Urssaf compris, et pas un échelonnement ! Les locations saisonnières doivent être contrôlées en amont. Avant même de donner un numéro d’autorisation en mairie, il faut s’assurer qu’il ne s’agit pas de détournement et de concurrence déloyale envers les hôteliers. Je souhaite limiter la possibilité de louer sa résidence principale à 60 nuitées.”  Une police municipale “sur le terrain” devra pacifier l’espace publique sur le principe : “Tu salis, tu nettoies.” Un programme de collecte des mégots avec les cafetiers devrait être mis en place.

Le candidat appelle également à un moratoire sur les taxes locales comme les droits de terrasse : “Il faut avoir le courage de tout poser sur la table et d’en débattre !” Il envisage des subventions pour aider à l’insonorisation des cafés et propose des cours de langue gratuits pour les acteurs du tourisme comme les garçons de café. La création d’un conseil économique consultatif avec des représentants des CHR fera le lien entre la réalité du terrain et l’exécutif municipal “pour une gestion moins verticale de la ville”.

 

Ian Brossat : “La fin d’Airbnb à Montmartre”

Adjoint au logement d’Anne Hidalgo, liste Paris en commun

“Nous proposons d’augmenter le nombre d’enquêteurs du bureau de protection des locaux d’habitation. Nous souhaitons interdire les locations de type Airbnb dans les quartiers touristiques et les limiter, ailleurs, à 60 jours. Au lendemain de l’élection, nous organiserons un référendum pour donner plus de pouvoirs aux élu(e)s parisiens avec des mesures de restriction des plateformes de locations touristiques, y compris leur interdiction localisée”, nous a écrit Ian Brossat. Contactée, Anne Hidalgo n’a pas donné suite à nos demandes d’interview.

 

Marcel Campion : “Nourrir le ventre de Paris”

Liste : Libérons Paris

Marcel Campion est forain mais aussi restaurateur puisqu’il possède la Chope des puces à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) depuis 2009. Il revendique sa proximité avec les professionnels des CHR et s’indigne que d’autres candidats envisagent d’interdire les chauffages en terrasse : “Laissons les cafetiers travailler ! Il faut plutôt favoriser la mobilité en mettant en place des parkings relais en périphérie avec des navettes gratuites pour accéder au centre de la ville. Nous voulons réduire la circulation des cars de tourisme et revoir la coordination des travaux qui paralysent la ville.

Au sujet de l’insécurité sur la voie publique qui impacte l’activité des cafés et restaurants, Marcel Campion plaide pour l’augmentation des caméras “qui ont fait leurs preuves ailleurs” et veut redéployer 600 volontaires parmi les 3 200 agents de sécurité de la ville de Paris “avec la mission de pacifier de petits secteurs par la proximité et la médiation”. Il veut aussi relancer les circuits courts par le maraîchage en proche banlieue : “Les restaurateurs comme les habitants doivent se fournir en denrées de manière autonome, en proche couronne, grâce à la relance d’une abondante production agricole locale qui n’a rien à voir avec les trois légumes qui poussent sur les toits de la capitale !

 

Rachida Dati : “Célébrer les cafés de Paris”

Liste : Engagés pour changer Paris

Rachida Dati aime les cafés et pas uniquement ceux de l’arrondissement dont elle est maire (le VIIe). “Une ville sans cafés est une ville sans âme. On le voit bien pendant les manifestations des gilets jaunes. Je suis prête à revoir les droits de terrasse pour préserver la variété des commerces qui font la vie des rues parisiennes.” La candidate des Républicains a relancé les courses de garçons de café : “Ces événements célèbrent les cafés les plus typiques, à l’image du café Varenne [VIIe] qui est une évocation des lieux de pouvoir. Lorsque je serai maire de Paris, j’accorderai des exonérations de charges aux enseignes qui préservent l’identité des cafés parisiens.” Sur la question d’Airbnb, Rachida Dati plaide pour un strict encadrement. La question du chauffage des terrasses sera soumise à la concertation. Enfin, une police “municipale et armée” réoccupera la voie publique afin que chacun puisse se sentir libre d’y circuler, d'y boire un verre ou de s'y restaurer sans risque.

 

Cédric Villani : “La fin de la politique du carnet à souches”

Liste : Le nouveau Paris 

Cédric Villani s’est entouré notamment du restaurateur Patrick Rebourg, nommé chef de file dans le XIIe arrondissement. Le candidat veut mettre fin à “la politique du carnet à souches”. “Chaque arrondissement aura un guichet unique pour que les commerçants puissent régler un problème, un conflit. Les locations saisonnières seront limitées à 60 jours. Nous régulerons le tourisme de masse en empêchant les cars de touristes d’entrer dans la ville et en mettant en valeur d’autres secteurs : le XXe, Saint-Denis… Le tourisme sera pensé à l’échelle de la métropole. Des droits de préemption pourront s’exercer pour préserver des cafés et des commerces qui périclitent grâce à un programme doté de 35 M€. Nous voulons créer une pépinière des métiers de bouche, un transport automatisé entre la ville et Rungis. Nous consultons pour une indexation de la taxe de séjour sur le coût de la nuitée. Enfin, une police municipale, portée à 4 500 agents, sera formée pour pacifier plutôt que verbaliser”, liste Cédric Villani.

 

#Paris #Municipales #RachidaDati #CedricVillani #PierreYvesBournazel #MarcelCampion #AnneHidalgo #IanBrossat


Francois Pont
Journal & Magazine
Services