×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Thomas Lamic, Meilleur Jeunes Talents Maîtres Restaurateurs 2019

Vie professionnelle - vendredi 21 juin 2019 15:11
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      

Nice (06) La finale de la 9ème édition du concours s'est déroulée à Nice, avec pour parrain et président de jury,Thierry Marx. Au menu : Loup de mer en plat, fraise en dessert.



8 candidats âgés de 18 à 24 ans, en apprentissage ou issus de l’apprentissage, se sont affrontés dans les cuisines du lycée Paul Augier de Nice, lors de la finale nationale du concours Jeunes Talents Maîtres Restaurateurs. Thèmes 2019 : Loup de mer autour des agrumes et son jardin des collines de Nice pour le plat et Autour de la fraise pour le dessert. Ce challenge, créé et porté depuis 9 ans par l’Agence AH,  bénéficie désormais du soutien actif de l’Umih. « Il faut s’engager auprès des jeunes et les accompagner » résume Véronique Gaulon, vice-présidente de la branche Umih Restauration. Thierry Marx, qui était parrain de l’édition, a d’ailleurs salué le travail de l’organisation professionnelle qui travaille ici au « rapprochement des générations ». Pour le Chef Exécutif du Mandarin Oriental, « le métier se réinvente » mais « faut-il encore bien former ». Le professionnel plaide pour des modules plus courts, plus réactifs, axés sur la transmission. Un concours comme celui-ci, ajout-t-il, permet « d’aller chercher les pépites de demain » et de motiver :  « On ne gagne pas parce qu’on est le meilleur, on gagne parce qu’on ne peut pas perdre. Vous avez appris en vous préparant à cette compétition à gérer le geste, le feu et le temps. La force du concours, c’est la réalité du métier.  La maîtrise, la gestion du poste, la technicité, l’organisation du plan de travail, la cuisson, être dans le bon timing, tout ça va conditionner la suite de votre parcours… Quand on commence, on se construit dans la cuisine des autres, puis on s’émancipe ». Jeunes Talents maîtres Restaurateurs est une étape, à la fois une reconnaissance de la profession et une porte qui s’ouvre vers cette émancipation nécessaire.

Un jury de très haut niveau pour une édition de haute volée

Aux côtés de Thierry Marx, Théo Mansi (L’Auberge de Théo à Nice), Maître Restaurateur et maître de cérémonie, tenait effectivement à faire de cet événement un moment fort, qui « donne envie et marque les esprits ». Micro en main, celui-ci a rappelé les difficultés techniques qui attendaient les prétendants au titre mais aussi la complicité à instaurer avec les commis, tous volontaires, en salle comme aux fourneaux, puisés dans les promotions du lycée. Pour évaluer les prestations, 8 autres professionnels de très haut niveau se sont prêtés à l’exercice comme le double étoilés Michelin, Jacques Chibois, le MOF (et proviseur du lycée Paul Augier) Denis Férault ou encore le champion recordman du monde des Ecaillers, Marcel Desoille. Deux jeunes femmes montent respectivement sur la troisième et la deuxième marche du podium : Marion Burel (22 ans), formée au CFA Groisy (74) et actuellement en CDI au restaurant La Pagerie à Gaillard, et Mylène Trezières, 24 ans, formée à l’UFR Esthuio à Angers (49) et en CDI au restaurant le 44 à Antibes. Sur la plus haute marche : Thomas Lamic, 20 ans, en apprentissage au CFA de Blagnac (31) et à la Table des Merville à Castanet-Tolosan (31). Thomas Lamic a d'abord obtenu un Bac pro dans l'électrotechnique énergie équipement (avec mention) avant de changer pour la restauration, secteur qui l'attirait de longue date. Après un CAP cuisine, il est aujourd'hui en 1ère année de BP.

#JeunesTalents #MaitresRestaurateurs #Concours #ThomasLamic #ThierryMarx


Sylvie Soubes