×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Retour des pré-enseignes : Richard Ramos a réussi à convaincre l'hémicycle

Vie professionnelle - mardi 12 juin 2018 14:30
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Les petits établissements situés en zone rurale ont vu leur chiffre d'affaires diminué depuis le retrait des pré-enseignes, voulue par la Loi Grenelle 2. L'Umih avait lancé en avril une campagne de sensibilisation sur ce sujet.



Début avril, rue d'Anjou, la campagne initiée par le Loiret devient nationale.
Début avril, rue d'Anjou, la campagne initiée par le Loiret devient nationale.

L'amendement du député du Loiret Richard Ramos sur le rétablissement des pré-enseignes dérogatoires pour les restaurants situés en zone rurale, présenté dans le cadre du projet de loi Elan, vient d'être voté. Une victoire pour l'Umih, qui a lancé en mars dernier, avec les Logis et le soutien de l'Association des maires ruraux de France (AMRF), une opération nationale : « S'afficher c'est exister ».  Cette campagne, initiée à l'origine par la fédération Umih du Loiret, avait pour objectif de sensibiliser les élus et le grand public sur l'impact négatif de cette mesure issue de la loi Grenelle 2 sur les chiffres d'affaires (baisse moyenne de 25 %) et l'emploi dans les territoires reculés. « Alors que la ruralité et la défense des commerces de proximité est une priorité gouvernementale, cette interdiction des pré-enseignes allait à l'encontre de toutes les politiques de revitalisation des zones rurales. Il était urgent d'y mettre fin. La signalisation des restaurants n'apporte pas seulement aux exploitants mais participe aussi fortement à l'attractivité touristique et au développement des territoires. Nous remercions l'engagement du député  et de son groupe sur ce sujet, le soutien de l'AMRF et des Logis, ainsi que le travail collectif de nos Umih départementales auprès de leurs élus locaux» a indiqué Roland Héguy président confédéral de l'Umih. Même satisfaction au GNI dont le président, Didier Chenet, s'est lui aussi félicité du travail effectué : "Nous avons multiplié les entrevues sur ce sujet, rappelant à chaque occasion combien les restaurateurs souffraient de la disparition de cet outil". L'amendement doit encore être adopté par le Sénat.

#PreEnseignes #RolandHeguy #FabriceGalland #Logis #Ruralite #AMFR #Umih #GNI #DidierChenet


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Inspirations et tendances culinaires
par Tiphaine Campet
Services