×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Manger est un plaisir pour 79% des français

Vie professionnelle - lundi 22 janvier 2018 14:55
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

L'ObSoCo pour le Concours Général Agricole s'est penché sur la manière dont les Français perçoivent le 'goût'.





79% des Français considèrent que manger est un plaisir (55% estiment qu'il s'agit même uniquement d'un plaisir) à une époque caractérisée par une montée de la défiance, des doutes et inquiétudes alimentaires. Le plaisir résulte de plusieurs composantes : l'histoire que raconte le produit (filiation, paysages, dimensions affectives et symboliques, souvenirs, etc), la sensation gustative (saveurs, texture, arômes) et le partage autour du produit (convivialité, sentiment d'appartenance, etc…).  Mais ce plaisir doit composer avec des principes nouveaux : diversification alimentaire, réduction du temps consacré au repas, les quêtes du 'moins', du 'sain', du 'soin' ou encore de 'soi'… La propension à associer la qualité au goût est particulièrement développée chez les plus jeunes (36% des 18/24 ans contre 22% des 55/70 ans). Les Français sont aujourd'hui à la recherche de naturel et rejettent la dissimulation (arômes artificiels, colorants, conservateurs, etc.). Ils recherchent des produits dont l'imaginaire est associée à l'authenticité, à la pureté, au sain, au soin et à l'équilibre. Les Français sont aussi majoritairement favorables aux circuits courts ou aux circuits direct-producteur. La recherche de naturalité est forte. Les petites productions inspirent confiance en matière de goût. Le 'bon goût' devient aussi ce qui est bon à penser en matière de production, de respect de l'environnement ou des conditions de travail. 65% des Français se déclarent sensibles à l'origine des produits alimentaires, avec une préférence pour les produits français et les produits de leur région. Savoir que le producteur (agriculteur, éleveur, etc) peut vivre et se réaliser dans son travail en bonne entente avec l'écosystème participe au plaisir de la dégustation. Renouer avec le fait soi-même s'inscrit dans la tendance. L'apprentissage du goût passe par des expériences gustatives au cours desquelles on suscite des moments de partage et de convivialité dont on se souvient. L'éducation au goût s'appuie aussi sur la mise en oeuvre de la préparation des aliments et leur accommodation. L'enjeu majeur actuel de l'éducation au goût réside dans sa capacité à donner au plus grand nombre les armes sensorielles et la connaissance suffisante pour concilier la quête du manger 'sain' et le plaisir de la dégustation.
Journal & Magazine
N° 3786 -
25 novembre 2022
N° 3785 -
12 novembre 2022
SOS Experts
Une question > Une réponse
Reprendre un hôtel : évitez les embûches
par Stéphane Corre
Services