×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Plage de La Baule : le couperet est tombé pour 3 établissements

Vie professionnelle - lundi 23 octobre 2017 15:41
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Le Nossy Be, véritable institution pour les habitués de la place de La Baule, le Calmos et le Papagayo, n'ont pas été retenus après l'appel d'offre lancé par Véolia,  concernant l'attribution de 20 sous-traités d'exploitation comportant de la restauration. Ils l'ont appris en fin de semaine par un courrier lapidaire signé par le directeur du Centre Régional de Véolia Eau CGE, qui a obtenue la concession de la plage en décembre 2016, sur décision de la Préfecture. La lettre reçue indique : « Votre offre a été analysée au regard des critères de sélection prévus à l'article 8 du règlement de consultation. Dans ce cadre, votre offre a reçu une note inférieure à celle d'un concurrent postulant également à l'attribution du lot pour lequel vous avez présenté votre dossier. Aussi suis-je au regret de vous annoncer que offre pour l'attribution du lot n'est pas retenue ». Des exploitants installés sur la plage depuis près de 30 ans pour certains sont écartés sans plus d'explication. Le président, démissionnaire vendredi de l'association de commerçants, La Plage Coeur de Baule, Loïc Durand-Raucher, co-exploitant du Papagayo, en fait partie. « Meilleure expérience, meilleure garantie financière, meilleure proposition pour le public ? » s'interroge-t-il. Son combat à la tête de l'association a-t-eil pesé dans la balance ? Une certitude, « le choix de Véolia se fait dans l'opacité la plus complète ». L'homme dénonce également « l'absence » du Maire de La Baule, durant cette dernière droite. « Il a abandonné la plage à une multinationale »  estime le restaurateur réduit à faire l'inventaire des lieux, à plier bagage sans autres recours. « Le Décret Plage avait pour objectif de rendre la plage au public. Sa stricte application a permis à une multinationale à prendre possession de la plage de la Baule. »  

Sylvie Soubes
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
E-réputation : gérer ses avis clients en ligne
par Thomas Yung
Services