×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

L'Umih Berry en lutte contre les meublés touristiques

Vie professionnelle - mardi 24 octobre 2017 14:30
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Bourges (18) Les professionnels du Cher et de l'Indre veulent mobiliser les maires pour réguler les locations de courte durée.



De gauche à droite : Laurent Lutse, Véronique Gaulon et Laurent Duc.
De gauche à droite : Laurent Lutse, Véronique Gaulon et Laurent Duc.

Deux présidents confédéraux étaient venus apporter leur soutien à Véronique Gaulon, lors de l'assemblée de l'Umih Berry à Bourges (Cher) : Laurent Duc, pour l'hôtellerie et Laurent Lutse pour les cafés-brasseries. Certes, la conjoncture n'est pas totalement défavorable : le nombre d'adhérents est orienté à la hausse, dans l'hôtellerie, le taux d'occupation se maintient : 56,3 % pour le Cher et 52,5 % pour l'Indre. 
Certes, le Berry s'estime encore mal entendu par les instances régionales "qui n'en ont que pour le Val de Loire et ses châteaux". Mais des avancées sont enregistrées avec la définition d'une charte qualité apprentissage portée par la région, la CCI et les professionnels. De plus, deux sections vont ouvrir au CFA  de Châteauroux tandis que l'Umih se mobilise pour la réouverture de la mention complémentaire sommellerie à Bourges. 

Pourtant Véronique Gaulon a poussé "deux coups de gueule" : l'un contre les difficultés de recrutement, l'autre contre la désaffection pour les métiers de l'hôtellerie. "La saison 2016 aurait pu être excellente, elle n'a été que bonne car souvent nous avons dû refuser des clients pour cause de manque de personnel", affirme-t-elle

Mais c'est surtout l'explosion des meublés touristiques qui mobilise l'Umih Berry. Bourges compte ainsi 546 chambres d'hôtels mais 280 offres Airbnb et 464 offres dans le Cher. L'Umih va donc mobiliser les maires pour qu'ils appliquent la nouvelle réglementation sur le 'short renting' et tout faire pour démontrer que cette pratique "est tout sauf une économie collaborative".

Jean-Jacques Talpin
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les ruptures du contrat de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services