×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Décret plage : danger imminent pour les établissements de plage des Alpes-Maritimes et du Var

Vie professionnelle - vendredi 27 octobre 2017 09:21
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Alors que la destruction des établissements de plage a lieu actuellement à Juan-les-Pins, que les appels d'offres sont en cours à Pampelonne, les professionnels ont fait le point sur la situation.



De gauche à droite : René Colomban, président de la Fédération nationale des plages-restaurants, Jean-Pierre Ghiribelli, président de l'Umih 83, Jean-Claude Moreu, président de l'association des exploitants de plage de Pampelonne, maître Geneviève Rebufat, avocate.
De gauche à droite : René Colomban, président de la Fédération nationale des plages-restaurants, Jean-Pierre Ghiribelli, président de l'Umih 83, Jean-Claude Moreu, président de l'association des exploitants de plage de Pampelonne, maître Geneviève Rebufat, avocate.


À l'occasion d'une table-ronde qui s'est déroulée mardi 24 octobre au Forum interactif du tourisme à Saint-Tropez (Var), les exploitants de plage ont une fois de plus constaté que le combat qu'ils mènent depuis onze ans pour sauver leurs entreprises, mais aussi préserver les emplois et l'économie régionale, reste sans écoute. Bien que reçus à l'Élysée récemment, le dialogue est toujours au point mort.


À Juan-Les-Pins (Alpes-Maritimes)

Les plages du secteur Courbet (à l'ouest de Juan-les-Pins) sont aujourd'hui en cours de démontage, une destruction supportée par la municipalité dont le coût global est estimé à 956 000 €. "Les 11 établissements concernés ont rendu leurs clés et ont tous répondu à l'appel d'offres en cours. Cinq lots vont être attribués, au lieu des 11 actuels, trois établissement seront saisonniers et démontés chaque année, et deux ouverts à l'année", détaille maître Geneviève Rebufat. Pour autant, la crainte réside dans la possibilité d'une année blanche durant l'été 2018.

En revanche, concernant le secteur Lutetia, à l'est de Juan-les-Pins, la situation est nettement plus tendue : les 10 établissements concernés sont entrés en résistance, refusent de rendre les clés et n'ont pas soumissionné à l'appel d'offres, jouant leur dernier va-tout. "Aujourd'hui, ces 10 établissements sont occupants sans droit ni titre, ils ont reçu des contraventions de grande voirie et devront démonter à leurs frais", explique l'avocate. Ils espèrent une prolongation d'un an ou une modification des conditions de l'appel d'offres.


À Vallauris (Alpes-Maritimes)

Quatre établissements sont concernés : Nounou, Tétou et Vallauris Plage et la plage des Canettons. Les trois premières ont finalement été condamnés par le tribunal et disposent de trois mois pour démolir leurs établissements. La dernière en revanche s'est engagée à démonter avant Noël.


À Pampelonne (Var)

L'appel d'offres pour les concessions de 2019 à 2030, qui entraîne l'application du schéma d'aménagement de la plage de Pampelonne à Ramatuelle (Var) est en cours, avec 
à la clé l'attribution de 23 lots au lieu des 27 existants actuellement. 

Ce sont les conditions de l'appel d'offres qui crispent les plagistes. Le dossier de 750 pages mobilise les exploitants depuis le début de l'été avec des conditions financières exigeantes : un droit d'entrée fixé à 2 500 € HT le mètre linéaire minimum, une redevance annuelle mise à prix à 2 000 € le mètre linéaire ainsi qu'une redevance de 2 % minimum du CA annuel.

"On nous demande de reconstruire avec des matériaux durables très précis. Pour mon établissement, la construction est estimée à 1,2 M€. Aujourd'hui, entre les frais d'architecte, de paysagiste, d'avocat et de comptable, répondre à l'appel d'offre me coûte 100 000 €, sans compter les heures passées pendant lesquelles on ne s'occupe pas de nos clients", détaille un plagiste qui souhaite rester anonyme. De ce fait, il estime dans son prévisionnel une augmentation de ses tarifs de 15 %. "Nous devons proposer un projet d'excellence qui soit viable économiquement, l'augmentation des prix à Pampelonne est inéluctable." D'autant plus que de grands groupes se positionnent, avec des moyens financiers considérables.

Les exploitants ont jusqu'au 15 novembre pour répondre à l'appel d'offres tandis que le schéma rentrera en application le 1er janvier 2019. "2018 sera la dernière saison de Pampelonne telle qu'elle existe aujourd'hui. C'est toute l'âme de Pampelonne, si caractéristique et qui a fait le succès de la destination, mondialement connue, qui va disparaître. Ce qui est certain c'est qu'il y aura un impact sur l'activité touristique et l'économie régionale, avec, entre autres, la perte de 450 emplois directs", a de nouveau rappelé Jean-Claude Moreu, président de l'association des exploitants de plage de Pampelonne.


Marie Tabacchi
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR (+ modèles de contrats et fiches de paie)
par Pascale Carbillet
Services