×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Contrôler le développement des locations touristiques sans les interdire : les pistes de l'Adil

Vie professionnelle - lundi 30 octobre 2017 11:48
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

75 - Paris L'Agence départementale d'information sur le logement vient de publier une étude sur les locations touristiques à Paris.





L'Agence départementale d'information sur le logement (Adil) de Paris vient de publier une étude sur les locations touristiques dans la capitale, un mode d'hébergement qui séduit de plus en plus les touristes mais dont le développement participe « à la difficulté des parisiens à se loger dans la capitale » et constitue « une concurrence déloyale à l'égard du secteur de l'hôtellerie ». La location de courte durée devient aussi source de nuisances pour bon nombre de résidants d'immeubles. Selon l'Observatoire Airbnb, les offres ont augmenté de 53% entre octobre 2016 et septembre 2017. Toutes plateformes confondues, l'offre de logements touristiques parisiens atteindrait la barre des 100 000*. Comment 'contrôler leur développement sans les interdire' ? Tel est la base du travail effectué par l'Adil, qui liste aujourd'hui une série de propositions comme prévoir un diagnostic technique (gaz et électricité), fixer des durées minimum de location, donner plus de moyens aux copropriétaires, réduire ou supprimer certains avantages ou exonération ou encore instaurer un droit au bail. La création d'un statut particulier du loueur est également évoquée. Des pistes de bon sens, salués par l'Umih. "Le développement de ces locations de courtes durées a atteint un tel niveau qu'elles sont devenues un sujet d'inquiétude pour les pouvoirs publics en France tout comme à l'étranger. Partout désormais, sont mis en place des freins à leur essor, appuyés sur des outils d'observation et de contrôle. Les hôteliers, victimes de cette concurrence déloyale et les riverains, supportant de nombreuses nuisances font aussi de la résistance. Quant aux plateformes numériques, véritables pourvoyeurs et amplificateurs de ce succès, elles réagissent en réfutant les effets négatifs. L'ADIL dresse ainsi un tour d'horizon du phénomène en faisant la synthèse de toutes les composantes de la location touristique.  Cette étude reprend nombre de propositions que nous avons faites".

Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Vins au restaurant
par Paul Brunet
Services