×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

La plage de La Baule lance un SOS

Vie professionnelle - lundi 29 mai 2017 12:34
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

La Baule (44) Les commerçants de la plage de La Baule et les habitants ont manifesté samedi contre la concession octroyée par la préfecture à Véolia.



Professionnels et habitants lancent leur SOS.
Professionnels et habitants lancent leur SOS.

Les professionnels de plage de La Baule refusent d'être sous la coupe de Véolia qui a obtenu la concession du site en décembre 2016. Mais l'affaire remonte à plusieurs années, depuis  la publication du décret plage en 2006, décrié par les plagistes, voué, normalement, à rendre l'espace au public et qui n'a fait qu'accentuer les tensions. « En 2014, explique Loïc Durand-Raucher, restaurateur et président de l'association, La Plage, Coeur de La Baule, à l'origine de la manifestation, la tempête a servi de raison aux ayatollahs qui voulaient que tout soit démonté hors saison alors que des structures en dur existent depuis longtemps. Après la COP 21 la ministre de l'écologie, Ségolène Royal, a donné instructions aux préfets de faire appliquer le décret. Comme la mairie ne voulait pas reprendre la concession, estimant que le décret était inapplicable, celle-ci a été accordée par la Préfecture pour 12 ans à Véolia l'an dernier avec prise d'effet en octobre 2017. Mais le projet de la multinationale va détruire ce qui existe. L'intégralité des charges et investissements sera payée par les 35 commerçants de la plage, qui exploitent en gros 15% de l'espace ». L'autre élément déclencheur, c'est l'appel à candidature pour les exploitants de plage qui a été lancé par Véolia le 25 avril et dont les dossiers doivent être rendus le 20 juin, alors qu'ils sont extrêmement compliqués à remplir. Deux mois ne suffisent pas, s'insurgent les membres de l'association qui dénoncent « la privatisation » de la plage par la multinationale » qui est « à l'opposé de l'esprit de la loi » pour l'association, avec, à terme, une standardisation de l'offre. « Aucune solution qui ne remettrait pas la Ville de La Baule au premier plan ne retiendra notre aval » ont insisté les membres de l'association ces derniers jours. Une lueur d'espoir toutefois. Le maire de La Baule-Escoublac, président de Cap Atlantique, Yves Metaireau, a proposé la semaine dernière « dans un esprit d'apaisement et de conciliation » la constitution d'une société d'économie mixte avec Véolia « pour améliorer la gouvernance de cette délégation, de concourir aux dépenses de gestion, aux investissements et de limiter raisonnablement les hausses de redevances des exploitants tout en recherchant l'équilibre économique de la société et le bon usage des deniers publics ». Il s'agit pour tous les acteurs de travailler ensemble, promet-on. 

Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3790 -
20 janvier 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion des équipes et du service en CHR
par André Picca
Services