×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

La #FoodTech en restauration facilite et allège

Vie professionnelle - lundi 27 mars 2017 12:00
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

TransGourmet France a réuni des start-up à la NUMA, à Paris, pour débattre du développement de la #FoodTech en restauration. Quel potentiel, quelles limites ?



De g à d : Grégoy Lanceplaine, Yves Cebron De Lisle, Jean-Baptiste Deprez, Dimitri Farber (Tiller), Guillaume Erblang-Rota-RU (Food&Sens) et Quiterie Mathelin-Moreau (Skello)/
De g à d : Grégoy Lanceplaine, Yves Cebron De Lisle, Jean-Baptiste Deprez, Dimitri Farber (Tiller), Guillaume Erblang-Rota-RU (Food&Sens) et Quiterie Mathelin-Moreau (Skello)/

La #FoodTech, en restauration, recouvre aussi bien l'innovation alimentaire que technologique. Ces nouvelles portes qui s'ouvrent vont-elles déboucher sur le robot cuisinier qui prépare seul les repas ? Doit-on craindre, à terme, une déshumanisation de la restauration ? L'avis des acteurs, réunis par TransGourmet France, est tout autre. Il s'agit avant tout de moyens facilitateurs. Jean-Baptiste Deprez, propriétaire des coffee shop Dose- Dealer de Café, évoque les problèmes administratifs et de stock. « Bien gérer, c'est analyser, adapter et réagir. Quand le dimanche à 13h30 on s'aperçoit qu'il n'y a pas assez de produits pour le brunch, il faut rectifier la donne pour le dimanche suivant. Pour le faire correctement, il faut une vision des flux précise. » L'homme est un adepte de la #FoodTech. « Mon objectif, dit-il, n'est pas de gérer mon restaurant à partir de mon smart-phone mais d'être réactif. Tout ce qui est administratif, ajoute-t-il, est aussi chronophage et nous bloque commercialement. La digitalisation ne se substitue pas à la restauration, elle participe à fluidifier l'organisation du travail ». La fin du stress pour les exploitants ? TransGourmet France interroge régulièrement ses clients sur leurs attentes et besoins. Trois items ressortent invariablement, constate Yves Cebron de Lisle, directeur commercial et de l'offre. « La problématique récurrence, c'est, avec qui vais-je travailler aujourd'hui ? La 2ème : vais-je avoir les produits et les bonnes quantités pour travailler et si difficulté, comment vais-je faire pour me faire dépanner d'urgence ? La troisième englobe tous les tracas rencontrés au quotidien : plomberie, conciergerie, etc… ». Un constat qui a donné lieu à la création de Transgourmet Solutions qui fait appel à des start-up de la #FoodTech. Son directeur, Grégory Lanceplaine, défini l'outil comme « un portail d'offres sélectionnées, négociées et packagées pour accompagner et soutenir la performance » des professionnels. Des services leviers, qui portent sur les caisses enregistreuses connectées, la gestion des plannings et du personnel, des livraisons express… Entrent également dedans la fonction e-Quilibre Gourmet, qui permet un réapprovisionnement automatique, un suivi des coûts matières ou encore donne un accès immédiat aux informations produits comme les allergènes ou l'origine. Un catalogue, nouvelle génération, rendu possible par le numérique.

Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3791 -
03 février 2023
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les ruptures du contrat de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services