×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

"Le restaurant de demain" : édito du journal du 22 septembre 2016

Vie professionnelle - mercredi 21 septembre 2016 10:28
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Pour Alain Ducasse, "le restaurant de demain, c'est le restaurant d'aujourd'hui qui dure. Il est économe des ressources de la planète et généreux en émotion". Pour Virginie Martinetti, installée dans un village au coeur du Var, c'est celui qu'elle tient toute seule, La Pescalune, ouvert d'avril à novembre, uniquement le soir, à l'exception du dimanche midi. Seule à la barre, elle n'a pas de problème de recrutement, mais un bras cassé a mis son restaurant en pause. En tout cas, pour travailler seul, il vaut mieux pouvoir assurer sous cette double casquette, cuisine et salle. Les compétences auxquelles ces deux métiers font appel - et que l'on peut considérer complémentaires - n'ont pourtant pas grand-chose en commun. 

La double casquette, c'est le pari que certains professionnels ont fait. Ils se sont formés en cuisine ou en hôtellerie, le hasard leur a fourni des occasions à saisir, et ils ont continué à se former pour accéder à un autre métier, toujours dans le secteur. Passer de maître d'hôtel à gouvernante, c'est moins courant que de maître d'hôtel à sommelier, de charcutier-traiteur à cuisinier… Il faut oser. Savoir saisir les opportunités, avoir le courage de sortir de son cocon et de ses habitudes, avoir soif d'apprendre et de découvrir de l'intérieur un autre métier des CHR, montrer que l'on est dynamique et prêt à aller de l'avant, ce sont des atouts. Et ces parcours intéressants ont la cote auprès des recruteurs. Parce que la restauration de demain fonctionnera sous différents formats et qu'elle aura toujours besoin de professionnels qualifiés. Alors, s'ils sont polyvalents, ils s'ouvriront les portes des entreprises et sauront d'autant mieux se mettre à leur compte s'ils souhaitent sauter le pas. Multiplier les compétences, c'est la clé.

Nadine Lemoine
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Droit du travail en CHR : les ruptures du contrat de travail (+ modèles de lettres)
par Tiphaine Beausseron et Daniel Gillot
Services