×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Conflit de copropriété : le 24 Resto condamné à fermer ses portes

Vie professionnelle - mercredi 3 août 2016 09:55
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Clermont-Ferrand (63) Suite à une plainte déposée par ses voisins, Jérôme Delpuech devra cesser son activité d'ici novembre. Le chef est bien décidé à se battre.



Jérôme Delpeuch pose devant Le 24 Resto et une affiche incitant à signer la pétition de défense du restaurant.
Jérôme Delpeuch pose devant Le 24 Resto et une affiche incitant à signer la pétition de défense du restaurant.


Jérôme Delpeuch est en colère. Le jugement de la cour d'appel de Riom (Puy-de-Dôme) lui intime de fermer le 24 Resto, établissement qu'il a créé en 2006 à Clermont-Ferrand. "C'est brutal. Cela ruine dix ans de travail et menace de chômage six salariés." En cause : des voisins qui ont lancé des poursuites devant la justice. La cour a estimé que le restaurant fonctionnait "en violation du règlement de copropriété du fait d'émissions sonores excessives troublant la tranquillité des autres copropriétaires"

La fermeture doit être effective en novembre prochain, sous astreinte de 1 000 € par jour d'activité en infraction. Certes, Jérôme Delpeuch s'est pourvu en cassation, mais la procédure n'est pas suspensive. Il a aussi changé d'avocat et espère que son nouveau défenseur trouvera les arguments lui permettant d'obtenir un délai, au moins jusqu'au prochain procès. Enfin, une pétition  auprès des clients et des confrères de Jérôme Delpeuch a recueilli 1 400 signatures à ce jour. " Je dois me battre. Ce qui m'arrive peut arriver à tout le monde: il peut y avoir jurisprudence."


Photos et faux commentaires

En dix ans d'activité, le restaurateur a toujours eu des problèmes avec certains voisins, alors que le règlement de cette petite copropriété de cinq lots n'interdit pas la restauration. Des copropriétaires se sont "acharnés". "Ils prennent des photos très régulièrement. Ils se plaignent à la mairie, auprès des administrations. Ils ont écrit de faux commentaires sur les réseaux sociaux. Et nous, nous n'avons jamais eu de fermeture administrative ni de problème de bruit."

Le restaurant est ouvert sept jours sur sept, jusqu'à minuit. "Nous avons fait des travaux, dès l'ouverture, pour éviter au maximum les nuisances . Mais en face, les copropriétaires ne veulent rien savoir, ils ont refusé toute médiation.

Pierre Boyer
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Covid -19 : principales aides aux CHR et mesures à respecter
par la Rédaction de l'Hôtellerie-Restauration
Services