×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Euro 2016 : À Marseille, entre enfer et chiffre d'affaires

Vie professionnelle - mardi 14 juin 2016 11:36
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Marseille (13) Entre ambiance festive et débordements, chaque restaurateur a vécu ce week-end de manière différente.



Samedi 11 juin, Marseille a accueilli son premier match de l'Euro 2016. Mais bien plus que le résultat de cet Angleterre-Russie, ce sont les images de bagarre générale et de chaos total en plein Vieux-Port et dans les tribunes du stade Vélodrome qui resteront dans les mémoires. Pour les professionnels marseillais, les affaires ont tantôt été juteuses, tantôt désastreuses, selon qu'ils ont été impactés ou non par les débordements provoqués par les hooligans russes et anglais. Ainsi, les étoilés phocéens ont fait le plein d'une clientèle russe fortunée, quand les pubs du Vieux-Port et des alentours ont servi à profusion de la bière aux supporters. Au Vallon des Auffes, le chef Guillaume Sourrieu se réjouit : "Samedi, nous avons eu 75 % de clientèle russe avec un très beau ticket moyen, notamment en boissons." Aux Terrasses du port, le restaurant Dalloyau a vu aussi son chiffre d'affaires de samedi gonflé par de belles consommations des clients russes et anglais. La Samaritaine avait sa terrasse égayée de familles grimées aux couleurs de l'Angleterre, qui chantaient dans une ambiance bon enfant. À l'étage, le restaurant gastronomique Une Table au Sud, avec sa vue sur le port, a assisté aux débordements. "Pendant le service, j'ai eu une table de Russes proche d'une table d'Anglais, et ils ont plaisanté entre eux, sans méchanceté", raconte le chef Ludovic Turac. Mais à l'extérieur, il en va autrement : "Nous avons vu des scènes de violence qui se déroulaient juste de l'autre côté du port."

La mairie réagit

Devant la Brasserie de l'OM, où les bars et pubs ont très bien travaillé l'après-midi, des hordes de hooligans anglais et russes se sont affrontées, faisant 35 blessés au total, et ont saccagé devantures et le mobilier urbain pendant de longues minutes. Pour les professionnels, les dégâts sont importants. La ville de Marseille et les services de police ont reçu les restaurateurs et l'Umih le 13 juin. "Nous voulons que la fête continue", affirme Philippe Zerah, président des restaurateurs de l'Umih. "Nous avons été entendus et compris, explique Roland Schembri, propriétaire du César Place et du Comptoir de César. Pour lui, une interdiction totale d'alcool les jours de match ne serait pas crédible : "Pour les établissements de type bar ou pubs, spécialisés en vente d'alcool, ces jours-là représentent un chiffre d'affaires dont ils ne peuvent se passer vu la conjoncture actuelle." Un arrêté préfectoral devrait, dans les 48 heures, annoncer une interdiction de vente d'alcool à emporter, avec obligation de servir les terrasses dans des verres en plastique.

Anne Garabedian
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Développer votre créativité culinaire par combinaison
par Gilles Charles
Services