×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Attentats à Paris : 3 questions à Didier Le Calvez, président et directeur général du Bristol, COO de Oetker Collection et président de l'Umih Prestige

Vie professionnelle - vendredi 20 novembre 2015 10:37
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Didier Le Calvez : président et directeur général du Bristol, COO de Oetker Collection et président de l'Umih Prestige.
Didier Le Calvez : président et directeur général du Bristol, COO de Oetker Collection et président de l'Umih Prestige.

L'Hôtellerie Restauration : Quelles sont les premières répercussions enregistrées au Bristol ?

Didier Le Calvez : En trois jours, au Bristol, nous avons perdu 700.000 euros en réservations annulées. On s'attend à une baisse de chiffre d'affaires de 30% en novembre et 20% en décembre. Comment en vouloir aux gens de réfléchir à deux fois avant de se rendre dans un pays que l'on dit en guerre ? Cependant, sur la période entre Noël et le jour de l'an, cela ne bouge pas pour l'instant.

Pouvez-vous faire un parallèle avec l'attentat de Charlie Hebdo en janvier ?


Nous avons reçu énormément de messages de sympathie et de soutien de la part des clients mais aussi des tour-opérateurs, ce que nous n'avions pas eu lors des attentats de janvier. Cela ressemble au très grand élan de sympathie ressenti à New York après le 11 Septembre. Nous avions mis cependant près de 9 mois à nous en remettre et nous nous attendions à un bon troisième trimestre.

Quel est votre sentiment actuellement ?


Aujourd'hui, c'est le temps du deuil et du recueillement. Après une telle tragédie, il faut accepter qu'il y ait une période compliquée de 3 à 6 mois. Il faudra rassurer les clients. On se demandera plus tard comment relancer la machine. 



Propos recueillis par Nadine Lemoine
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
E-réputation : gérer ses avis clients en ligne
par Thomas Yung
Services