×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du journal n° 3464 du 17 septembre 2015 : 'Marché cherche à être régulé'

Vie professionnelle - mercredi 16 septembre 2015 16:14
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Au terme d'une saison estivale clémente et fréquentée, la profession dresse un nouveau constat : celui d'un marché déréglé, au détriment de l'entreprise et de l'emploi. "Nous devons éviter le détournement de l'économie collaborative vers l'économie grise", a plaidé la semaine dernière Roland Héguy, président confédéral de l'Umih, devant Martine Pinville, secrétaire d'État chargée du Commerce, de l'Artisanat, de la Consommation et de l'Économie sociale et solidaire (lire page 4). Les organisations professionnelles montent sévèrement le ton contre l'industrialisation des locations meublées et des repas chez l'habitant. Elles dénoncent la concurrence déloyale et l'injustice de traitements, pointant du doigt une fiscalité qui échappe à Bercy. Aujourd'hui, l'essor est tel qu'il biaise l'activité des hôtels et des restaurants. Didier Chenet, président du GNI, estime qu'il pourrait y avoir "20 000 restaurants clandestins en France d'ici trois ans".

Qui sont les méchants ? Les plateformes qui se nourrissent sur la bête ? Les particuliers qui s'improvisent hébergeur ou cuisinier ? Tous ont saisi une opportunité. En revanche, l'entreprise qui a pignon sur rue croule sous le poids de réglementations bien éloignées du quotidien. Le Gouvernement va devoir concilier le mode compétitif imposé aux entreprises avec l'esprit collaboratif réclamé par les nouvelles générations, et trouver le bon arsenal législatif. Mais pour cela, les penseurs, bureaucrates et autres producteurs de textes vont devoir s'encanailler sur le terrain, aller battre le pavé, à la rencontre des réalités du secteur tertiaire. Ce qui n'est pas gagné.


Sylvie Soubes
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
La gastronomie moléculaire
par Hervé This
Services