×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Le Sénat donne le feu vert à la création du statut d'artisan cuisinier

Vie professionnelle - jeudi 19 mars 2015 08:53
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Examiné par la Commission spéciale du Sénat dans  le cadre du projet de loi Croissance et Activité, l'amendement portant sur la création du statut d'artisan cuisinier a été adopté hier, mercredi 18 mars.  « C'est un grand jour pour les professionnels cuisiniers, qui tous les jours oeuvrent pour notre gastronomie, son identité et pour l'attractivité de nos territoires. Nous saluons le travail des sénateurs et du Gouvernement qui en inscrivant dans la loi l'artisan-cuisinier répondent aux attentes des professionnels et aux exigences des consommateurs. Nous restons vigilants à la suite de la procédure législative, et demandons aux parlementaires de respecter le vote des sénateurs en commission » a immédiatement réagi Hubert Jan, président de la branche restauration au sein de l'Umih, pour qui, cet accès au répertoire des métiers est essentiel.  « L'artisan-cuisiner n'est pas un label supplémentaire, estime en effet l'Umih. C'est la reconnaissance d'un statut qui s'inscrit dans un dispositif global de valorisation de la gastronomie française, aux côtés de la mention Fait maison et du titre d'Etat Maître Restaurateur. Il renforcera la mention Fait maison : ces deux caractéristiques, reconnues ensemble, permettront de valoriser la relation de confiance entre le client et le restaurateur, la transmission d'un savoir-faire et le travail du produit brut, et ce en toute transparence pour le consommateur. » 
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Stratégie de marque : les outils pour développer votre hôtel
par Youri Sawerschel
Services