×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du journal du 22-11-2012 : "Un artisan du bonheur"

Vie professionnelle - mercredi 21 novembre 2012 11:46
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Une Altesse sérénissime et son épouse, 240 chefs venus de toute la planète, 300 étoiles Michelin, deux jours de liesse en principauté de Monaco pour célébrer les 25 ans d'Alain Ducasse à la tête du Louis XV, le restaurant triplement capé de l'Hôtel de Paris qui domine le Rocher.

Au-delà des fastes surannés de la monarchie grimaldienne, c'est un hommage unanime que les plus célèbres représentants de la gastronomie mondiale ont tenu à rendre à leur chef de file aujourd'hui incontestable et incontesté. Comme citer des noms et en occulter d'autres serait forcément mal perçu par les oubliés de la liste, on se contentera d'évoquer le message d'un grand absent dont le sens de l'humour confirme son infatigable enthousiasme : depuis l'Empire du soleil levant, Paul Bocuse n'a pas résisté aux joies du texto en envoyant à la star du jour cette amicale pensée : "De Tokyo, pardon pour mon absence, je tâcherai de faire mieux pour tes 50 ans au Louis XV !" Voilà qui vaut mieux qu'un tweet électoral.

De Bocuse à Ducasse, le flambeau du leadership (pardon pour l'anglicisme) de la cuisine mondiale est maintenu haut et fort pour le plus grand bien de toute la restauration française, qui peut s'enorgueillir d'un tel parrainage.

Car au-delà des immense mérites de celui qui sait depuis toujours que rien n'est donné dans la vie - cette vie qu'il crut perdre un jour d'été de 1983 à bord d'un avion crashé dans le massif des Maures -, qui avait conquis les étoiles à peine âgé d'un quart de siècle et qui sut relancer sa carrière avec la conquête de Monaco, c'est toute l'histoire des vingt-cinq dernières années de la haute cuisine qui était à l'honneur.

Une histoire jalonnée de réussites éblouissantes, bâtie sur l'audace, l'imagination, le sens des affaires comme le talent et le perfectionnisme de celui qui se définit comme un "artisan du bonheur". Bonheur de ses clients bien sûr, mais aussi de ses collaborateurs, de ses élèves à qui Alain Ducasse s'est toujours efforcé de transmettre son savoir et son enthousiasme.

Sans oublier l'avenir, en particulier le projet d'une nouvelle approche de la formation qu'il souhaite lancer prochainement avec l'aide de ses pairs sous le nom de Ducasse Éducation.
L. H.

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Gestion en fiches pratiques
par Jean-Philippe Barret et Eric Le Bouvier
Services