×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Le Synhorcat demande aux députés d'exclure les CHR du projet de loi sur la fiscalisation des heures supplémentaires

Vie professionnelle - jeudi 19 juillet 2012 09:55
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


Le Synhorcat a demandé, hier,  à l'ensemble des députés, « d'exclure le secteur des hôtels, cafés, restaurants, du projet de Loi visant à supprimer les exonérations sociales et fiscales sur les heures supplémentaires ». C'est, estime le syndicat, « un mauvais coup fait aux salariés et aux entreprises du secteur qui sont les premiers concernés.  En effet dans notre secteur la durée du travail a été fixée, dans le cadre d'un accord passé avec les partenaires sociaux, à 39 heures par semaine. Elle intègre donc des heures supplémentaires systématiques. Tous les salariés du secteur font des heures supplémentaires et tous vont perdre ces prochains mois des dizaines d'euros » a déclaré Didier Chenet, président du Synhorcat. Le syndicat de la rue de Gramont a calculé que la perte de salaire net « pourrait aller de 40 euros par mois pour un salarié rémunéré au plus bas salaire de la profession à plus de 150 euros net par mois pour un salarié rémunéré 3361 euros et travaillant 42h30 par semaine ».  Le syndicat  se prononce contre « la révision du dispositif TEPA des entreprises dont la durée du travail a été fixée au delà de la durée légale du travail par une convention ou un accord collectif de branche étendu par le ministre du travail, ayant lui-même valeur de loi ». Pour Didier Chenet, « il s'agit d'une mesure de bon sens qui respecte les engagements pris par les partenaires sociaux et les conditions d'emploi et de rémunération des salariés ».
Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
Recettes de chef à chef
par Marcel Mattiussi
Services