×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Éditorial n°3300 du 26 juillet 2012 : "Très chères heures"

Vie professionnelle - mercredi 25 juillet 2012 15:10
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


C'est un document passé inaperçu, mais la dernière enquête sur le coût horaire de la main d'oeuvre réalisée par Eurostat au mois de juin illustre la situation cruciale de la France au sein de l'Union européenne.

Alors que les annonces de suppressions d'emplois se multiplient dans l'industrie automobile, dans l'agroalimentaire, dans le transport aérien et d'autres secteurs d'activité, la comparaison du niveau horaire de travail dans l'industrie et les services marchands au premier quart de l'année 2012 est révélatrice des faiblesses nationales.

Inutile d'égrener des longues listes de chiffres, mais lorsque l'heure de travail s'élève à 35.05 € en France, elle s'établit à 31 € en Allemagne, à 27.45 € en Italie, à 20.83 € en Espagne et à 20.78 en Grande-Bretagne, sans parler des 7.01 € de la Pologne, pour se limiter aux 'grands' pays de l'union.

Parallèlement, et cela suffira pour les indigestes statistiques, le taux de pression fiscale et sociale sur le salarié moyen s'élève à 56,1 % en France, pour une moyenne européenne de 44,9 %(source Institut économique Molinari). Cet état des lieux est d'autant plus préoccupant pour les activités à haute intensité de main d'oeuvre où les perspectives de mécanisation sont limitées et les possibilités de délocalisation quasi-nulles. D'autant que le 'patriotisme économique' ne procure aucune considération de la part des politiques, à lire leurs déclarations pour le moins déplacées à l'égard des dirigeants du groupe PSA.

Les organisations professionnelles de l'hôtellerie-restauration seraient bien avisées de se doter de solides arguments chiffrés et incontestables pour défendre auprès des pouvoirs publics des positions renforcées à l'heure où les projets de remise en cause des allègements de charge ou de taux réduit de TVA semblent animer les parlementaires de la nouvelle majorité, sans doute inspirés par des tentatives plus ou moins téléguidées de ballonsd'essai qu'il ne faut surtout pas laisser prospérer.
L.H.

Journal & Magazine
SOS Experts
Une question > Une réponse
E-réputation : gérer ses avis clients en ligne
par Thomas Yung
Services