×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Vie professionnelle

Édito du n°3279 du 1er mars 2012 : "Coup de jeune"

Vie professionnelle - mercredi 29 février 2012 14:42
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés


La cuisine française serait-elle à l'image du grand écran ? Alors qu'un réalisateur quadragénaire, Michel Hazanavicius, triomphe aux Oscars avec l'inattendu The Artist, le palmarès du Michelin 2012 consacre des valeurs montantes qui n'auront pas attendu des décennies la reconnaissance du Guide rouge.

Et c'est une bonne nouvelle pour l'ensemble de la restauration française, honorée cette année de 69 promotions dont 58 primo-accédants à la fameuse première étoile, tandis que deux chefs déjà reconnus, Thierry Marx au Mandarin Oriental et Philippe Labbé au Shangri-La, se voient décerner 2 étoiles. Dans cet hommage à la jeunesse, il faut bien évidemment saluer les 3 étoiles d'Emmanuel Renaut, également quadra déjà confirmé au Flocons de sel de Megève, dont vous lirez l'interview dans ce numéro en page 6.

Deux tendances retiendront l'attention de l'observateur averti, et Dieu sait si le Michelin est épluché à chaque édition avec un soin tout particulier, notamment par ceux qui ne cessent d'affirmer que ce guide est aujourd'hui dépassé. D'abord, l'influence grandissante de la télévision sur la notoriété des chefs ne nuit pas à la reconnaissance de leur talent culinaire, et ce n'est que justice pour le plus emblématique d'entre eux, Cyril Lignac, qui vient de recevoir sa première étoile pour son établissement du XVe arrondissement de Paris.

L'autre tendance, et elle ne peut que conforter tous les jeunes qui ambitionnent de réussir dans la haute gastronomie, c'est l'attribution des étoiles à des restaurants situés dans des endroits plus difficiles d'accès que la rue de Rivoli ou la place de la Concorde. Certes, Michel Guérard, Michel Bras, Régis Marcon et quelques autres avaient déjà démontré qu'il est possible de parvenir en haut du palmarès loin de la grande ville. Avec les distinctions attribuées à Serge Vieira à Chaudes-Aigues, à Cyril Attrazic à Aumont-Aubrac, à Loïc Villemin à Faulquemont, et bien d'autres, le Michelin confirme sa vocation de promotion des talents culinaires où qu'ils soient.
Enfin, juste une performance à saluer pour l'une de nos cuisinières parmi les plus discrètes : Anne Majourel, qui a ouvert La Coquerie à Sète en septembre dernier, décroche l'étoile au pied du mont Saint Clair après un seul hiver face à la Grande Bleue. La reconnaissance par le Michelin n'est plus une longue patience.
L. H. R.

Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3761 -
10 décembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Fonds de commerce : création, achat, reprise et vente
par Maître Sophie Petroussenko
Services