×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Une maison parisienne pour se nourrir à la russe

Restauration - lundi 22 novembre 2021 11:05
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :
Article réservé aux abonnés

Paris (75) À deux pas du Trocadéro, la Maison russe vient d'ouvrir ses portes. Dans cette adresse de 1 000 m2, qui compte quatre étages, les tables sont dressées dans des salons. Au menu : caviar, saumon et coulibiac.



Dès le hall d’entrée, c’est l’invitation au voyage. Fini Paris. Immersion immédiate en Russie. Dans le XVIe arrondissement, un hôtel particulier de 1 000 m2 et quatre étages, a été repensé et redécoré comme s'il s'agissait de celui d’une famille russe venue s’installer au début du XXe siècle dans la capitale… Résultat : le restaurant, baptisé Maison Russe, nouvelle adresse du groupe Paris Society, est conçu comme une demeure de maître, où l’on reçoit dans sept salons, prévus pour 2 à 20 personnes, un boudoir et un bar. De la bâtisse d’origine, autrefois habitée par Alfred Nobel, il ne reste que les boiseries. Le reste a été repensé par l’architecte Laleh Amir Assefi, ancienne directrice artistique du décorateur Jacques Garcia. Son parti pris : une mise en scène théâtrale. Ainsi, pas moins de 1 000 mètres de tissus et soieries, tous de la maison Lelièvre, habillent mobilier, rideaux et coussins. Lustres et candélabres éclairent les pièces, une immense cheminée fonctionne toute l’année – été compris -, et on trouve même une panthère des neiges naturalisée, installée sous une tente inspirée de celles des nomades de l’Oural.

Le coulibiac a déjà la cote

Côté cuisine, la Russie est évidemment le fil conducteur. Avec une carte concoctée par Julien Chicoisne, chef exécutif des tables de Paris Society – Gigi, Girafe, Perruche, Louie… -, et Elie Fischmann, aux fourneaux de Maison Russe. La sélection de saumons et caviars vaut le détour. Les premiers – norvégien, écossais ou griffé Maison Russe – sont servis à la tranche, avec brioches et condiments (à partir de 26 €). Les seconds – de Sologne ou d’Iran – sont accompagnés de blinis et proposés en portions de 30 jusqu’à 500 grammes (à partir de 98 € les 30 g). À cela s’ajoutent des taramas et un coulibiac (42 €), spécialité russe constituée de couches de saumon, oeufs, épinard et riz entourées de pâte feuilletée, qui a déjà la cote auprès des clients. En dessert, la pavlova se décline en version chocolat, fruits exotiques ou version mont-blanc. Le tout s’accompagne de vins, vodkas et thés.

Les arts de la table ont été créés sur mesure par la faïencerie de Gien. Enfin, saumons, caviars, coulibiac, mais aussi boissons, vaisselle, pyjamas en soie ou autres curiosités d’inspiration russe sont en vente dans la boutique, au rez-de-chaussée. Une façon de prolonger l’esprit Maison Russe jusque chez soi. Une deuxième Maison Russe ouvrira ses portes sur la place des Lices, à Saint-Tropez (Var), dès l’été 2022.

#paris #maisonrusse


Anne Eveillard
Journal & Magazine
N° 3760 -
26 novembre 2021
N° 3759 -
13 novembre 2021
SOS Experts
Une question > Une réponse
Vins au restaurant
par Paul Brunet
Services