×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

La Samaritaine ouvre douze lieux pour se restaurer

Restauration - mardi 22 juin 2021 09:57
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Paris (75) En attendant l'hôtel Cheval Blanc, qui accueillera ses premiers clients le 7 septembre, la Samaritaine propose d'ores et déjà une large palette de points de restauration. Du sandwich au ris de veau et homard, il y en a pour tous les goûts et tous les coûts.




Elle était fermée depuis seize ans. À l’issue d’un chantier au long cours, la Samaritaine devait rouvrir au printemps 2020 pour ses 150 ans, mais la crise sanitaire a chamboulé le calendrier. C’est finalement le 23 juin 2021 que le grand magasin reprend du service, avec une offre de restauration au spectre très large. À commencer par le 5e étage, sous la verrière Art nouveau et face à la fresque des paons, où le restaurant Voyage s’étend sur 1 000 m2 décloisonnés par le cabinet d’architectes Jean-Michel Wilmotte et associés.

Un espace unique à Paris, où se côtoient gastronomie, mixologie, arts et musique. Côté carte, elle est inspirée et supervisée par Mathieu Viannay, meilleur ouvrier de France 2004 et doublement étoilé au Michelin chez La Mère Brazier, à Lyon (Rhône). Sollicité comme consultant, il travaille, ici, avec le chef Jimmy Elisabeth et Franck Mischler, chef exécutif du groupe Folie Douce. Au total, l’espace peut recevoir jusqu’à 280 couverts, avec un bar, un comptoir, une vue sur les toits parisiens et l’église Saint-Germain l’Auxerrois.

À la carte ? “Nous puisons dans différents terroirs, qu’ils soient marins, américains ou encore orientaux, avec des versions à partager ou pas”, confie Mathieu Viannay. Le chef étoilé évoque aussi des “tapas à la française”, à l’instar d’un tartare aux huîtres - mélange de bœuf, huîtres et condiments - servi en bouchées. À cela s’ajoute un ris de veau et homard, des sushis et makis de légumes ou autre soupe au lait de coco. Le pâté-croûte de la Mère Brazier est également prévu. Mathieu Viannay estime le ticket moyen à 40 € au déjeuner pour un plat, un dessert et un verre de vin.

Quant à la carte des cocktails, avec ou sans alcool, on la doit au mixologue Matthias Giroud. Signe particulier de ses créations : il dispose d’une grande bibliothèque de vins et spiritueux, qui fait la part belle à la collection des maisons Moët Hennessy. Le tout sera rythmé, de 10 heures à 2 heures du matin, par des expos d’artistes, la présence de musiciens et DJ’s. Dans cette même veine, la maison Krug propose des accords musicaux et gastronomiques autour de ses cuvées de champagne, à savourer dans les cuisines de Voyage.

 

Un hôtel de 72 clés, 400 salariés et 14 000 m2 de surface

Trois autres niveaux de la Samaritaine accueillent, eux aussi, plusieurs corners gourmands. Au 1er étage, la maison Prunier décline le caviar français en baguettes tièdes, croque-monsieur ou salades. Chez Dînette, le traiteur Dalloyau revisite la finger food. Quant à Ernest, c’est à la fois une boulangerie imaginée par Eric Kayser, avec fournil au sous-sol, et une brasserie avec une carte signée par la chef étoilée Naoëlle d’Hainaut et une déco conçue par la designer Constance Guisset.

On mange et on grignote aussi au rez-de-chaussée comme au niveau -1 du grand magasin. Maison Plisson propose une cuisine de saison dans un espace vitré immergé au cœur d’un jardin. Le bar de Source se distingue avec ses bols aux légumes rôtis-miso ou autre brownie au sarrasin. Quant au Sweet Corner by Bogato, il permet de personnaliser cookies, mini-pâtisseries ou biscuits. Le 15 juillet prochain, la pâtisserie italienne Cova ouvrira, elle aussi, son espace.

Quant à l’hôtel Cheval Blanc, décoré par l’architecte d’intérieur Peter Marino, il fait face à la Seine et accueillera ses premiers clients le 7 septembre. Quelques chiffres : 72 clés, 400 salariés, 14 000 m2 de surface et 1 150 € la nuit dans la plus petite chambre d’une superficie de 45 m2. La plus grande, elle, s’étend sur 1 000 m2 en duplex et compte 7 chambres, bassin de 12 mètres, spa, fitness, home-cinema… Son tarif n’est donné que si on la réserve.

Enfin, l’hôtel disposera d’une piscine de 30 mètres, d’un spa Dior et d’une table gastronomique, Plénitude, avec le chef étoilé Arnaud Donckele aux fourneaux. Le Limbar sera animé le jour par le chef pâtissier Maxime Frédéric, puis le soir venu, il se fera speakeasy avec le chef barman Florian Thireau à la manœuvre. Enfin, pour compléter l’offre, l’hôtel disposera d’une brasserie avec bar à cocktails, d’une table italienne et d’un room service aux prestations de haute volée. D’ailleurs, il a été baptisé Carte blanche.

 

#Samaritaine  #JeanMichelWilmotte #MathieuViannay #JimmyElisabeth  #FranckMischler #NaoelledHainaut  #PeterMarino


Anne Eveillard