×

L'Hôtellerie Restauration et ses partenaires utilisent des «cookies» pour assurer le bon fonctionnement et la sécurité du site, améliorer votre expérience, personnaliser des contenus et publicités en fonction de votre navigation et de votre profil, réaliser des statistiques et mesures d'audiences afin d’évaluer la performance des contenus et publicités, et partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Certains de ces cookies sont soumis à votre consentement. Vous pouvez exprimer votre choix de manière globale, ou paramétrer vos préférences par finalité de cookies. Vous pouvez modifier ces choix à tout moment par le lien en bas page.

Accédez à notre politique cookies en cliquant ici




Actualités
Accueil > Actualités > Restauration

Fillette grièvement brûlée au détergent : le restaurateur, seul, face aux juges

Restauration - mercredi 23 juin 2021 16:49
Ajouter l'article à mes favoris
Suivre les commentaires
Poser une question
Ajouter un commentaire
Partager :      
Article réservé aux abonnés

Pornic (44) Mardi 22 juin, s'est déroulé au tribunal judiciaire de Saint-Nazaire, le procès du gérant et propriétaire du restaurant La Fontaine aux Bretons à Pornic où, le 1er août 2019, en son absence, une petite fille de 22 mois avait ingurgité, à la place d'un jus de fruits, un détergent très corrosif destiné au lavage de verres.



Arnaud et Olga Kob et leurs enfants.
© DR
Arnaud et Olga Kob et leurs enfants.

Elisabeth a subit 14 opérations ! Un morceau de son colon a été greffé à la place de son œsophage. Pendant un an, elle a été alimentée avec une pompe”, explique Arnaud Kob, le père de la fillette, alors âgée de 22 mois, gravement intoxiquée le 1er août 2019 au restaurant La Fontaine aux Bretons, à Pornic (Loire-Atlantique). Arnaud Kob rappelle les faits : “Un saisonnier a servi dans un verre un liquide vert clair inodore qui ressemblait parfaitement au jus de raisin blanc, produit sur le domaine, que nous avions commandé. C'était en réalité de la soude qui, à l’initiative du responsable du bar, avait été logée, selon un usage ancien [dans l'établissement], dans une bouteille de jus de fruit marquée d'une tête de mort. Un contenant plus facile à manipuler que le bidon d'origine. Ce jour là, la bouteille avait bien son étiquette de jus et s'était retrouvée dans le frigo. La législation est très stricte. Elle interdit de sortir de son contenant d'origine un produit dangereux. C'est rappelé sur la notice et sur le bon de livraison”.

Le 22 juin, Pierre-Alexandre Gérard, l'ancien gérant mais toujours propriétaire de la Fontaine aux Bretons comparaissait, seul, devant le tribunal, deux ans après les faits, pour blessures involontaires ayant entraîné une incapacité total de travail de plus de trois mois avec circonstances aggravantes par la violation délibérée d’une obligation particulière de sécurité ou de prudence. Le restaurateur risquait trois ans de prison.

 

Multiples négligences

Maître Fabien-Alain Garrigues, le conseil du restaurateur, s'est indigné que la responsable du restaurant et le saisonnier qui avait servi le jus toxique ne partagent pas la responsabilité du gérant, en vacances au moment des faits et dont le management consistait à déléguer, avec les moyens nécessaires, à ses équipes. Le tribunal a pourtant relevé de multiples manquements, en particulier sur la formation et sur la présence du détergent à proximité du frigo.

La petite Élisabeth Kob, aujourd'hui âgée de quatre ans est handicapée à 80 %. “On nous a désigné un coupable, nous attendons que la justice le fasse payer ”; concluaient Olga et Arnaud Kob, les parents de la victime. Un peine de six mois de prison avec sursis a été requise à l'encontre du restaurateur. Le délibéré est attendu pour le 12 juillet.

#Soude #Pornic #ElisabethKob #FontaineAuxBretons


Francois Pont